07 Jun 2019

Togo : le mouvement ‘Espérance pour le Togo’ sursoit à manifester samedi

Le mouvement des forces vives ‘Espérance pour le Togo’ ne manifestera pas ce samedi dans les rues de Lomé. Non contents de l’itinéraire proposé par la délégation spéciale de la commune de Lomé et surtout de ses arguments, les responsables de ce regroupement annulent la manifestation par laquelle ils comptaient protester contre la restriction des espaces de libertés, notamment la liberté de manifestation et de réunion.

Pour le mouvement du prélat Pierre Marie Chanel Affognon, l’annulation de la manifestation vient en signe de protestation contre ce qu’ils qualifient de ‘mépris’ des autorités administratives. Le mouvement dit avoir compris que le président de la délégation spéciale, le contre-amiral Fogan Adégnon et sa hiérarchie qui se trouve être le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi, n’ont jamais voulu que le mouvement manifeste.

« Nous ne pouvons pas être ridiculisés, asphyxiés et méprisés à ce point. Nous avons eu 3 rencontres avec le président de la délégation spéciale. A chaque rencontre, nous avons eu un accord de principe notamment sur la base légale et l’itinéraire. Après tout, on nous confine à Bè-Kpota. La seule limite à une manifestation publique est un trouble à l’ordre public », a déclaré vendredi, Me Raphaël Kpandé-Adzaré.

Le mouvement dit ne pas comprendre à quoi rime l’argument suivant lequel l’autorité leur refuse d’emprunter l’itinéraire proposé à cause des antécédents et des événements survenus dans la ville de Lomé, au cours d’autres manifestations.

« De quels antécédents parle-t-il ? Le mouvement a-t-il déjà fait une manifestation qui a connu des troubles ?», s’interroge cet avocat qui a tenu à faire savoir que l’autorité viole la loi Bodjona en ce qu’elle dispose que les manifestations soient prises au cas par cas.

« On ne peut pas comparer les manifestations d’une formation politique à celle d’une association », a-t-il lancé.

La genèse de cette manifestation de protestation  contre la restriction des espaces de libertés remonte à la fin du mois de mai dernier. Pour interdire cette manifestation qui devrait avoir lieu le 1er juin, l'autorité avait fait observer que le mouvement n'a pas d'existence légale. 

Read 353 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…