17 May 2019

Togo : la coalition dénonce un refus ‘implicite’ de révision et prévient Boukpessi

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition a saisi vendredi le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. Dans son courrier, le regroupement de partis politiques qui compte présenter une liste commune aux prochaines élections locales, relève plusieurs manquements à la révision des listes électorales en cours.

Brigitte Adjamagbo Johnson et sa suite disent relever de nombreux incidents et une lenteur ‘dissuasive’ des opérations au point qu’on serait amené à penser que l’opération  s’apparente à un refus ‘implicite’ de révision. Ces opposants demandent alors au gouvernement, ‘au risque d’exaspérer les Togolais’, disent-ils, de remédier ‘très rapidement’ à la situation en trouvant des solutions aux problèmes techniques et en prorogeant la durée de la révision des listes électorales.

« Il ne s’agit pas là d’incidents isolés mais de constats récurrents dans les centres de révisions, sur l’ensemble du territoire national. La situation va empirer demain samedi du fait qu’il y aura davantage de citoyens libérés de leurs obligations professionnelles qui voudraient se faire inscrire sur les listes électorales », écrit la Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) au ministre.

Concrètement, la coalition relève que les citoyens arrivent dans des centres de vote et après 3 heures de temps passées, ils n’entrent pas en possession de leur carte d’électeurs. Le premier jour, précise-t-elle, certains centres de révision n’ont enregistré qu’entre 15 et 30 personnes, malgré l'affluence.

A cette révision, ajoute-t-elle, des machines sont déployées en nombre limité et sont en plus défectueuses. Au second jour de cette révision qui se trouve être ce vendredi, certains centres n’ont toujours pas été dotés de kits, déplore ce regroupement.

Au micro d’une radio vendredi, Eric Dupuy, le secrétaire national chargé de la communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a fait savoir que tout est fait pour que les populations ne puissent pas s’inscrire.

Selon lui, pour que ces locales soient inclusives, il faut que le régime fasse l’effort d’inscrire le maximum des Togolais sur les listes électorales.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Tchambakou Ayassor a lui-même fait le tour de certains centres de révision jeudi. Il a dit avoir remarqué que les bureaux visités ont effectivement ouvert mais de part, certains ont commencé les enregistrements avec de l’affluence et d’autre, certains qui semblent évoluer en termes d’affluence.

« Il nous a été signalé un certain nombre de problèmes au niveau de certains appareils. Tout le dispositif est mis en place pour que l’opération se déroule de la meilleure façon possible et partout où il y a des problèmes qui sont relevés, l’équipe de terrain et l’équipe centrale sont mobilisées pour répondre. Nous avons appelé à ce qu’on profite des 3 jours pour faire le maximum sinon la totalité des enregistrements », a-t-il déclaré.

Read 759 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…