14 May 2019

Togo : le mouvement ‘En aucun cas…’ ira aux prochaines élections locales

Les appels lancés par les partis politiques et les organisations de la société civile aux Togolais à aller se faire recenser massivement du 16 au 18 mai prochains puis à prendre part aux prochaines élections locales se poursuivent. Le dernier appel vient de ‘En aucun cas… ». Ce mouvement, dont le premier porte-parole, Foly Satchivi se trouve en prison, vient par un communiqué, d’appeler les Togolais à aller se faire recenser et à ne pas réserver le sort des élections législatives du 20 décembre dernier aux élections locales du 30 juin prochain.

A en croire ce mouvement politique, il serait ‘absurde’ de boycotter ces premières élections municipales que va connaître le Togo depuis plus de 30 ans. Car, souligne-t-il, le pouvoir compte sur le boycott pour, dit-il, déployer le reste de sa stratégie de conservation du pouvoir.

« Si nous boycottons ces élections, nous n'aurons à la fin que nos yeux pour pleurer, nos bouches pour crier et nos oreilles pour entendre sur la TVT les mesures drastiques et incongrues que prendront les maires », indique le document.

Le mouvement estime que l'empressement du régime au pouvoir à organiser ces élections le plus tôt possible et la révision constitutionnelle ‘controversée’ adoptée le 8 mai dernier ne sont qu'une partie d’une stratégie globale du pouvoir pour contraindre les forces démocratiques à boycotter les élections locales et passer ensuite à l'étape suivante.

Ledit mouvement croit que la participation de toutes les forces démocratiques, partis politiques et société civile y compris à ces élections, va permettre de restreindre le pouvoir de la dictature, de sauvegarder les libertés de réunion, d'associations et de manifestations et de marquer un point de plus vers la conquête et la prise effective du pouvoir en 2020.

Ces élections, soutient-il, permettra de soustraire 60 des plus grandes communes aux pouvoir. Le mouvement cite en exemple les localités comme Lomé, Agoè, Aneho, Vogan, Afangnan, Tabligbo, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Bafilo, Mango et Dapaong.

Pour toutes ces raisons, ‘En aucun cas…’ appelle les Togolais dans leur ensemble à aller massivement se faire recenser du 16 au 18 mai prochains et demande une prorogation du délai de recensement jusqu’au 23 mai 2019.

A la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ce mouvement demande d’apurer le fichier électoral avant les élections locales et aux partis politiques et toutes les forces acquises au changement d’aller à ces élections en rang serré.

Read 411 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…