ADS
02 May 2019

Togo : à nouveau déçue par Gnassingbé, la coalition promet un nouveau combat

En conférence de presse ce jeudi à Lomé, la coalition des 7 partis politiques de l’opposition togolaise s’est prononcée sur plusieurs sujets d’actualité. Il y va du discours sur l’état de la nation prononcé par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé devant l’Assemblée nationale, les élections locales et les réformes constitutionnelles et institutionnelles. Des propos tenus, on retient une déception de la coalition vis-à-vis des promesses que le chef de l'Etat a faites le 20 mars denier.

Selon cette partie de l’opposition, ce que le président de la République a fait il y a quelques jours devant les députés n’est rien d’autre qu’un « catalogue de belles intentions et de promesses démagogiques». Pour s’en convaincre, ces opposants se targuent de l’indifférence que le message présidentiel a suscitée au sein de l’opinion.

« L’indifférence générale qui a marqué cet événement auprès des populations togolaises témoigne du peu d’intérêt et de crédit qu’accordent désormais les Togolais aux illusions dont le RPT/UNIR les abreuve depuis plus d’un demi-siècle », indique la déclaration rendue publique.  

Pour Antoine Folly, délégué général de l’Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo), cet exercice, 2ème du genre après celui qu’il fait devant l’Assemblée nationale en 2006, ressemble étrangement au premier exercice. Bref, d’après lui, 13 ans après, l’exercice n’a pas changé : il est allé devant une Assemblée ‘monocolore’ pour servir les ‘illusions’ et les mêmes ‘promesses’.

Sur les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, la coalition des partis estime que seules des réformes faites sur la base de la proposition de l’expert constitutionnaliste sénégalais, respecteraient la feuille de route de la CEDEAO. « C’est un compromis minimum susceptible de répondre aux aspirations des Togolais », souligne-t-on du côté de la coalition.

Ces opposants ont réitéré le message qu’ils ont adressé au chef de l’Etat, lorsque celui-ci les a reçus à leur demande il n’y a pas longtemps. Pas question, ont-ils insisté, de poser la question des réformes avec antagonisme entre le pouvoir qui aurait besoin du statu quo pour se maintenir et l’opposition qui aurait besoin des réformes pour réaliser l’alternance.

« Nous lui avons dit que les réformes sont nécessaires pour permettre au Togo de vivre une vie démocratique normale, nécessaires à son développement économique et social », a relevé M. Folly.

A la coalition, la dernière préoccupation concerne les prochaines élections locales prévues pour se tenir le 30 juin prochain. Pour eux, Faure Gnassingbé ne se préoccupe pas des conditions d’organisation de ces élections. D’ailleurs, il n’en a pas fait cas dans son discours devant l’Assemblée nationale, lancent-ils.

Et pour ces élections, a souligné Brigite Adjamagbo Johnson, il n’y aura plus du remake du 20 décembre 2019 et la coalition ne prendra pas part à des élections dans n’importe quelles conditions.

Cette partie de l’opposition compte d’ailleurs saisir le chef de l’Etat d’un autre courrier pour lui dire qu’il (Faure Gnassingbé, ndlr) n’a pas respecté les promesses qu’il lui a faites au cours de l’audience du 20 mars dernier.

La Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) promet un nouveau combat. « Nous avons la marge de manoeuvre qui nous permet de faire appel à toutes les forces démocratiques», a-t-elle lancé.  

Read 1461 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…