09 Apr 2019

Atchadam : ‘si cette situation perdure, c’est parce que le peuple togolais le veut ainsi’ 

Le leader du Parti national panafricain (PNP) vient de faire une nouvelle apparition. Tikpi Atchadam, comme à son habitude, a lancé dans un audio un appel aux Togolais à sortir massivement pour la manifestation du samedi 13 avril prochain. Dénommée ‘Ditri Bonsafo’, cette opération, selon le président de ce parti, sera une ‘totale’ réussite si tout le monde sortait les mains nues. Dans ce message, M. Atchadam n'a fait aucun commentaire de la lettre-réponse du ministre de l'administration territoriale, Payadowa Boukpessi.  

Selon lui, il n’est pas question de baisser les bras face au pouvoir de Faure Gnassingbé. Et tant que le peuple togolais n’arriverait pas à la l’alternance, n’importe quel quidam lui jetterait à la figure ceci : « si cette situation perdure, c’est parce que le peuple togolais le veut ainsi ».

« L’attitude de Faure, son rapport au pouvoir et son désir de s’éterniser au pouvoir, pendant qu’il prépare un petit-frère ou une petite-sœur, constitue une insulte grave et un affront à la mémoire de ceux qui se sont battus pour l’indépendance de notre pays, aux fonctionnaires, aux payses, aux étudiants et aux élèves, aux professeurs et enseignants, aux magistrats, aux avocats, aux commerçants et aux transporteurs, aux femmes, aux jeunes, à la chefferie traditionnelle, à la police nationale, à la gendarmerie nationale, à l’armée, une insulte et un affront à notre moi collectif », a-t-il déclaré.

Dans son message, il a lancé un appel, sans les nommer, à tous ses anciens compagnons de lutte de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Ceux qui se disent démocrates et qui veulent obtenir le pouvoir du peuple, avance, le leader du PNP, n’ont qu’une chose à faire : continuer de se battre afin que ce peuple retrouve la souveraineté et le pouvoir.

« L’urgence, c’est comment se débarrasser de cette dictature qui cherche à se décentraliser afin de pouvoir nous cerner de la base au sommet, des pieds à la tête. Sous une dictature, le devoir de tout démocrate est de lutter pour que le pouvoir revienne au peuple spolié. Il est vain à un démocrate de vouloir accéder au pouvoir tant que le peuple ne l’a pas encore. Il serait absurde de demander au peuple de donner ce qu’il n’a pas », a-t-il souligné.

Selon Tikpi Atchadam, à chaque fois que, dans son parcours, le pouvoir de Lomé se retrouve devant ce peuple comme face à un fleuve en crue, c’est au sein de l’opposition qu’il a toujours trouvé une barque pour la traversée. « Et le peuple déçu se démobilise jusqu’à la prochaine fois, souvent plusieurs années après », regrette-t-il avant d’appeler le peuple togolais à rester très vigilant cette fois-ci.

Personne, souligne-t-il, ne peut retenir la main d’un peuple décidé à tourner la page. « Si l’armée algérienne a cédé, ce n’est pas faute de moyen de répression, elle a tout simplement compris que pour le bonheur du peuple algérien, ça ne pouvait plus continuer », cite-t-il en exemple.

Il a encore une fois lancé un appel aux forces de l’ordre et de sécurité. « Le peuple en lutte attend de vous la neutralité et le professionnalisme qui caractérise toute armée républicaine », affirme-t-il.

Un projet caché dans les prochaines élections locales 

A en croire le président du PNP, le pouvoir de Faure Gnassingbé prépare un gros coup à travers les premières élections locales depuis plus de 30 ans. Il s’agit, selon lui, d’un projet caché dans la décentralisation qui va aboutir aux élections locales.  

« En fait de communalisation, il s’agit d’une balkanisation très poussée du territoire destinée en renforcer le pouvoir en place. Diviser pour opposer, voilà la stratégie. Inévitables seront les conflits entre les communes urbaines, entre les communes rurales et entre les 2 entités. Les élections locales annoncées par le pouvoir ne sont ni plus ni moins qu’une conférence de Berlin à une échelle réduite. Le dinosaure colosse au pied d’argile cherche un moyen pour se renforcer depuis la base », a-t-il lancé.

Le jour où le processus de décentralisation aboutit, prévient M. Atchadam, ce jour-là, il sera trop tard pour les Togolais.

« Chaque commune aura son service de renseignement. Tous ces services seront dotés d’outils d’informations et de moyens de coercition ultra-moderne. Une poule qui aura pondu à Boadé à 6 heures, l’information sera à Lomé dans la minute suivante. Dans notre pays, il y a la police dans la police, la gendarmerie dans la gendarmerie, l’armée dans l’armée, sinon le piquet a compris le message à lui adressé par le mouton depuis l’autre bout de la corde qui les lie », soutient-il.

Bref, le président du PNP pense que les élections locales à venir sont un moyen pour distribuer la charge et le poids de la contestation sur le local. « Au lieu que le gouvernement reçoive les contestations et les attaques partout, il serait tactique de réorienter celles-ci vers les gouvernements locaux. Les citoyens à la base seront affublés par les taxes », note-t-il.

Read 1968 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…