ADS
01 Apr 2019

Togo : devant Louis Michel, les responsables de l’ancienne C14 parlent d’une même voix

Une délégation de l’Assemblée parlementaire ACP/UE, conduite par Louis Michel, séjourne au Togo depuis samedi. Venue recueillir les informations sur la situation politique après les législatives du 20 décembre 2018, cette délégation a rencontré dimanche une délégation de partis extraparlementaires. Au nombre de ces partis politiques, on compte 4 membres de ce qui reste de la coalition, 2 représentants de l’ANC, 1 du CAR et un autre du PNP.

Devant les députés européens, les représentants de ces partis politiques et groupe de partis invités séparément mais reçus ensemble, ont semblé  parler d’une même voix, selon Brigitte Adjamagbo Johnson, secrétaire générale de la CDPA, parti membre de la coalition.

« La coalition a été invitée mais nos collègues de l’ANC, du PNP et du CAR aussi ont été invités. Nous avions travaillé en symbiose, nous nous complétions comme si nous avions préparé cet entretien ensemble, on ne pouvait même imaginer qu’il y avait plusieurs délégations », a-t-elle déclaré lundi sur Victoire FM.  

Les opposants de Faure Gnassingbé se sont d’abord étonnés que cette mission d’information n’arrive au Togo que maintenant alors que l’intervention de l’Union européenne (UE) avait été attendue au plus fort de la crise sociopolitique.

« Nous avons naturellement exprimé les préoccupations des Togolais, nous avons exposé les circonstances dans lesquelles les élections du 20 décembre 2018 ont été organisées pour qu’ils comprennent très bien qu’il ne s’agit pas d’élections normales  et pourquoi nous en sommes arrivés à ne pas y participer alors qu’il n’était pas du tout question pour nous de boycotter ces élections au départ », a ajouté Mme Adjamagbo.

La coalition, l’ANC, le CAR et le PNP ont ensuite reproché à l’UE d’avoir caché des  rapports à l’opposition togolaise. Ils ont demandé accès à ces rapports et surtout à celui du fichier électoral, un document ‘très important’, selon la coordinatrice de la coalition, qui, dira-t-elle, permettra d’évaluer la qualité de préparation des élections et de prendre des décisions.

Les dernières préoccupations de cette opposition ont concerné la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, la libération des détenus et le retour des réfugiés. « Nous avions dit que les prochains processus électoraux ne devraient être organisés que si les conditions de transparence étaient réunies », a ajouté la responsable de la CDPA.

Selon Louis Michel, co-président de cette Assemblée parlementaire, la mission d’information va rencontrer les autorités du pays, les membres du gouvernement, le Président de la République mais aussi les leaders de l’opposition parlementaire et non parlementaires, les forces vives ; bref, tous ceux qui au Togo, ont un rôle à jouer ou jouent un rôle.

« Nous rendrons un rapport de manière objective à l’UE », a-t-il informé.

Read 1713 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…