ADS
27 Mar 2019

Togo : l’ANC et la CDPA, 2 partis alliés que la rencontre Gnassingbé-C14 oppose

Le Parti des Togolais n’est désormais plus le seul parti politique à quitter la coalition des partis politiques de l’opposition à cause de la rencontre que ce regroupement a eue avec le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. A l’Alliance nationale pour le changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre, on pense que c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

La Convention démocratique des peuples africains (CDPA) de Brigitte Adjamagbo Johnson ne donne pas la même signification à cette rencontre. Pour cette formation politique dont le représentant fait partie de la délégation qui était à la présidence il y a quelques jours, on estime que c’est une question de ‘courage’ pour faire libérer au moins les 103 Togolais qui sont encore détenus dans les prisons civiles au Togo.

 Selon le secrétaire national chargé de la communication  de l’ANC, Eric Dupuy, le parti présidé par Jean-Pierre Fabre a quitté ce regroupement de partis politiques à cause de la rencontre avec M. Gnassingbé. « Il y avait plusieurs dysfonctionnements au sein de la coalition. On ne savait plus tellement où on allait ensemble et pourquoi on était ensemble. Mais la goutte d’eau a été la précipitation avec laquelle on a décidé d’aller rencontrer le chef de l’Etat. Nous n’étions pas contre la décision mais nous avons dit que le moment choisi était inopportun », a-t-il déclaré mercredi sur une radio.

« Il règne au sein de ce qu’il convient d’appeler la C14 une confusion », a regretté Pascal Adoko. Le secrétaire national adjoint de la CDPA, chargé des affaires politiques, estime que le refus de ‘certains’ de ne pas faire partie de la délégation qui a rencontré le chef de l’Etat, relève plus de l’ambiance même dans le pays.

Selon lui, les critiques ‘acerbes’ ont pris le pas sur l’efficacité au point que même les actions qui peuvent être bienfaitrices pour le pays, personne n’a le courage de s’y engager.

« Nous avons fait cette démarche avec toute la sincérité que cela réclame. Le lynchage auquel les gens se livrent aujourd’hui contre nous à la limite, je l’accepte. Si les gens me couvrent de boue mais que demain mes frères togolais qui sont 103 en prison sont libérés, je peux me coucher dans mon lit avec la boue et je dormirai », a-t-il indiqué sur Pyramide FM.

Pour l’ANC, la lutte et la mobilisation doivent continuer. « Nous espérons qu’ensemble avec d’autres forces démocratiques, nous allons continuer le combat pour obtenir les réformes qui permettraient un minimum de transparence pour les prochaines élections qui se pointent à l’horizon, je veux dire les locales et la présidentielle », insiste M. Dupuy.

Pendant c temps, la CDPA avertit déjà ceux qui veulent faire cavalier seul. M. Adoko relève qu’un seul parti politique peut avoir la prétention de mener seul la lutte. Mais ce qui est certain, c’est qu’il se heurtera à un « mur ».

L’unité d’action, poursuivra-t-il, est une obligation et une nécessité incontournable.

Read 1221 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…