12 Feb 2019

Kako Nubukpo : ‘le Togo ne pourra pas se construire avec un bloc contre l’autre’

L’ancien ministre de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques, Pr Kako Nubukpo n’est pas préoccupé que par le problème du franc CFA. La crise sociopolitique au Togo son pays, le préoccupe aussi à plus d’un titre. Il propose une alternative de sortie définitive de crise au pouvoir et à l’opposition.

Selon ce professeur des sciences économiques, le Togo ne pourra pas se construire avec un bloc contre l’autre. Aussi, souligne-t-il, les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales qu’exige l’opposition, ne semblent pas convenir à régler définitivement le mal togolais. Il faut, propose-t-il, aller au-delà.

« L’erreur de la majorité et de l’opposition serait de ne prendre qu'un petit bout de la lorgnette et se dire qu’on va travailler là-dessus », a déclaré Kako Nubukpo ce lundi sur une radio locale.

Pour guérir le mal qui gangrène le Togo, a proposé l’ancien ministre, il faut considérer 4 éléments qui sont le Togolais, la gouvernance, les réformes politiques et l’économie.  

« 4 éléments sont fondamentaux sur lesquels on doit continuer à travailler : qui est le Togolais ? Quelles sont ses aspirations socio-culturelles ? Quelle est la gouvernance politique de notre pays ? Comment peut-on la rendre inclusive ? Comment peut-on faire de vraies réformes institutionnelles et constitutionnelles ? L’économie ? La modalité de production de richesse mais de répartition des richesses. Comment y travailler ? Comment gérer les problèmes de développement humain notamment la santé, l’éducation et le logement ? », a-t-il lancé à l’endroit de l’opposition et le pouvoir incarné par Faure Gnassingbé.

Kako Nubukpo ne perd pas de vue la gouvernance. Selon lui, il faut que le Togo ait des dirigeants qui ont à cœur le sens de l’intérêt général.

A tout cela, il ajoute comme il sait le faire, la sortie des pays de la zone franc du franc CFA.  L’alternative passe, selon lui, par la monnaie CEDEAO.

« Si le Ghana, le Nigeria et le Togo partageaient la même monnaie, cela va faciliter beaucoup de transactions », a-t-il précisé.

Ce sera un marché de plus 300 millions d’habitants, souligne-t-il. Un investisseur togolais, lance Kako Nubukpo, ne pensera pas à 7 millions de Togolais mais à 300 millions d’habitants que compte la CEDEAO.

« Cela va donner des perspectives en termes de rentabilité, de profits beaucoup plus importants que ce qu’on a avec nos micro-Etats francophones dont l’addition ne dépasse 170 millions d’habitants », a-t-il ajouté.

La population essentiellement jeune des pays de la zone franc (40% ont moins de 15 ans, 60% n’ont pas 30 ans) nécessite un système monétaire et financier qui permet de créer de la valeur, des emplois et de l’activité. Le contraire conduira au clash, a-t-il conclu.

Read 1003 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…