11 Feb 2019

Me Agboyibo et le CAR à la barre de la coalition des 14 ce lundi

Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) ne s’est jamais opposé au principe de l’organisation du conclave de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le parti politique de Me Yawovi Agboyibo a d’ailleurs présidé la cellule qui a élaboré le document préparatoire du conclave, dit-on à la coalition. Comment le CAR est-il arrivé à déclarer publiquement qu’il ne prendra plus part audit conclave ? La décision a-t-elle été prise pour réagir contre une quelconque candidature unique de la coalition des 14 pour l’élection présidentielle de 2020 ?

Pour répondre à cette question, une délégation du CAR va discuter ce lundi avec les autres responsables de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition sur les raisons qui ont motivé cette sortie de dernière minute.

« C’est un membre du CAR qui a présidé la cellule qui a élaboré le document préparatoire du conclave. Mais un parti aussi important que le CAR n’a pas pris une telle décision sans avoir de sérieuses raisons de le faire. La démarche minimum, c’est d’aller vers les responsables du CAR pour savoir ce qu’il se passe et voir comment résorber les équivoques », a déclaré ce lundi Antoine Folly sur la radio Victoire FM.

Selon le délégué général de l’Union des démocrates et socialistes du Togo (UDS-Togo), seule cette réunion peut permettre de dévoiler les raisons qui ont poussé le CAR à prendre une telle décision.

Il a également fait savoir que le conclave est vital pour la coalition. Il permettra a-t-il relevé, de rectifier ou repréciser les objectifs et mettre en place les stratégies ‘appropriées’ et voir comment réattaquer la lutte. C’est aussi le lieu de prendre une position ‘claire’ sur les prochaines élections locales. Par rapport à la présidentielle, Il y sera question de réfléchir sur la manière de l’aborder.

« Je ne peux pas dire avant ce conclave s’il y aura une candidature unique à la présidentielle de 2020. C’est au conclave de le dire », a-t-il annoncé.

La coalition, a-t-il poursuivi, a pour objectif l’alternance à travers des réformes constitutionnelles, institutionnelles, la remise à plat du cadre électoral pour des élections transparentes.

« Il faut que nous analysions les raisons pour lesquelles nous n’avons pas atteint ces objectifs. Le Togo ne s’arrête pas au 20 décembre 2018 et notre combat ne va pas s’arrêter à cette date. Le gouvernement actuel n’est pas à la hauteur des enjeux et des défis auxquels notre pays est confronté. Il faut une nouvelle gouvernance qui permet de répondre aux aspirations légitimes des Togolais », a-t-il conclu.

Read 903 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…