10 Jan 2019

Togo: la coalition reporte sa manifestation de samedi au 26 janvier prochain

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne sera plus dans les rues le samedi 12 janvier prochain. Elle vient, par communiqué en date de ce jeudi, de reporter ses premières grandes manifestations de rue après les élections législatives du 20 décembre dernier au 26 janvier prochain.

Pour prendre cette décision, le regroupement de partis politiques de l’opposition, protagoniste de la crise sociopolitique togolaise, pointe du doigt la mesure gouvernementale d’interdiction de sa marche  nationale à l’intérieur du pays.

« Nous tenons à organiser une manifestation à caractère national et dénonçons avec fermeté le caractère illégal de l’interdiction », écrit Brigitte Adjamagbo Johnson.

Selon la coordinatrice de la coalition des 14, le gouvernement ne peur prendre une telle mesure qu’en dernier recours face, dit-elle, à une menace exceptionnelle et seulement après concertation préalable des organisateurs de la manifestation.

« Cette concertation préalable n’a pas eu lieu mais les motifs évoqués par le ministre relèvent d’un abus de pouvoir et d’une violation du droit à manifester », indique le communiqué.

Autrement dit, pour décider de l’interdiction de la manifestation du 12 janvier à l’intérieur du pays, le gouvernement n’a pas rencontré les responsables de la coalition comme cela se fait habituellement.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi a, par courrier-réponse à la déclaration préalable de la coalition des 14, décidé qu’aucune manifestation de rue n’est autorisée dans les localités de l’intérieur du pays car les itinéraires que doivent suivre les manifestants dans lesdites localités ne sont pas prédéfinis par les organisateurs de la manifestation.

En tout cas, à la coalition des 14, on veut reprendre la rue pour condamner le rejet du ‘coup de force électoral’ du 20 décembre dernier, les répressions ‘barbares’ des manifestations pacifiques et exiger des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant toute consultation électorale.

La coalition compte également exiger la libération des manifestants et des acteurs de la société civile arrêtés dans l’exercice de leur droit et la levée de l’état de siège de fait des villes de Mango, Kara, Bafilo, Sokodé et Tchamba.

Read 2248 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…