08 Jan 2019

Togo : la coalition des 14 accuse le pouvoir d’être en préparation d’un plan ‘diabolique’

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition, dans un communiqué rendu public ce mardi, informe l’opinion nationale et internationale que le pouvoir togolais prépare un plan ‘diabolique’ et ‘machiavélique’ contre elle.

De sources concordantes, écrit Brigitte Adjamagbo Johnson, la coordinatrice de ce regroupement de partis politiques, protagoniste de la crise sociopolitique togolaise, un plan d’introduction d’armes par le régime au sein de la population ainsi que le recrutement et la formation de miliciens seraient en cours.

« L’objectif de cette manœuvre est de faire croire à l’opinion internationale que la coalition détiendrait des caches d’armes, en préparation à une rébellion. Vu l’extrême gravité de ces informations persistantes, la coalition tient à alerter l’opinion nationale et internationale sur ce projet machiavélique et sordide du régime », indique le communiqué.

Les 14 responsables politiques exhortent la population à une plus grande vigilance pour, dit-elle, déjouer la réalisation de ce plan en préparation par le régime.

Avant de lancer un appel aux populations togolaises à prendre massivement part aux manifestations de rue qu’elle organise sur toute l’étendue du territoire national le samedi 12 janvier prochain, la coalition réaffirme le caractère pacifique de son combat pour l’alternance au Togo.

Ce plan, poursuit-elle, intervient au lendemain de l’arrestation par les populations d’une localité du Ghana voisin, de trois (3) forces de sécurité togolaises qui poursuivaient un ‘militant pour la démocratie’.

« Suite à l’arrestation de 03 de ces éléments des forces de sécurité par le Ghana, le gouvernement togolais dans sa déclaration à la télévision nationale (TVT) du 03 janvier 2019, a indiqué que les agents arrêtés se seraient retrouvés sans le savoir sur le territoire ghanéen, ce qui est en totale contradiction avec la déclaration des autorités ghanéennes », écrit la coalition.

Elle demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire et profite de l’occasion pour exprimer aux autorités ghanéennes ses vives préoccupations quant à la sécurité des réfugiés togolais sur le territoire ghanéen.

Selon la coalition des 14, depuis le 20 décembre 2018, date où les Togolais ont été appelés aux urnes pour renouveler l’Assemblée nationale, les populations togolaises font l’objet de harcèlements ‘intensifs’. Ces actes proviennent, soutient-elle, de la part des forces de sécurité et de défense, dans la capitale et à l’intérieur du pays.

Elle parle des arrestations, violations de domiciles, de kidnappings de militants de l’opposition avec pour conséquence un flux important d’exilés et de déplacés.

Read 1744 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…