03 Dec 2018

Togo-élections : l’UFC de Gilchrist Olympio se dit prête à remplacer UNIR et à gouverner

L’Union des forces de changement (UFC) a lancé ce lundi sa campagne électorale avec la publication de son projet social. Si le parti politique présidé par Gilchrist Olympio sort majoritaire des élections législatives du 20 décembre prochain, il soumettra à l’Assemblée nationale un projet de loi de révision de la constitution limitant à 2 tous les mandats électifs, notamment présidentiels, législatifs et locaux.

Ce parti politique partenaire du gouvernement de Faure Gnassingbé depuis 2010 par le truchement d’un accord politique, dit qu’il soumettra aussi à l’Assemblée nationale une proposition pour amnistier les crimes politiques, économiques et les crimes de sang pour la période allant de 1958 à 2018.

« Nous nous engageons dans le processus électoral pour contribuer à améliorer les choses. Certains, restés dans une logique de l’absurde, disant qu’on ne peut les forcer à aller boire l’eau à la rivière. Nous pensons que c’est un dilemme poussé jusqu’à l’absurde. Les gens réagissent comme un âne qu’on place entre un sceau d’eau et un sceau d’avoine et qui refuse d’aller boire l’eau et de manger l’avoine. Ce qui arrive, c’est qu’il périt de faim et de soif », a déclaré Isaac Tchiakpé, conseiller politique du président de l’UFC.

Ici, on persiste et signe que l’avenir du Togo passe par la démarche engagée depuis 2010 pour une alternance ‘pacifique’ et ‘négociée’ et on à travers une confrontation avec le pouvoir en place.

Avec son projet social dénommé ‘Ensemble pour un Togo nouveau et un vivre ensemble en toute tolérance’, l’UFC majoritaire à l’Assemblée nationale qui sortira des élections législatives du 20 décembre 2018 compte créer un statut des anciens présidents de la République, des Premiers ministres, des présidents d’institutions, des directeurs de sociétés d’Etat, des ministres, des députés, des officiers supérieurs de l’armée et des chefs traditionnels encore en vie.

Ce projet à 2 autres volets, notamment économique et social. Sur le plan économique, le parti qui dit être une force politique constructive, d’élaboration et de proposition, une fois majoritaire à la 6ème législature, va créer les conditions d’une économie créatrice de richesses et d’emplois.

« L’apaisement politique qui a résulté de l’accord RPT-UFC a permis au Togo de connaître une croissance stable d’environ 5% du PIB sur la période 2010-2018. Le gouvernement actuel a initié de nombreuses réformes pour redynamiser l’économie. Le Togo a besoin d’une croissance économique de 9% pour créer suffisamment de richesses et subvenir aux besoins futurs des populations », indique le parti jaune.

L’Union des forces de changement parle également d’une réforme du modèle agricole et envisage l’industrialisation.

« Le chemin le plus simple pour le Togo, c’est une réforme en profondeur du secteur agricole pour doper la production nationale. A cette réforme, il faut ajouter des mesures visant à améliorer le climat des affaires, une réforme du système fiscal et l’intensification des dépenses publiques pour stimuler la demande et favoriser l’emploi », rassurent les responsables de cette formation politique.

Sur le plan social, l’UFC compte engager une redistribution équitable de la richesse pour, dit-elle,  permettre aux couches sociales vulnérables de bénéficier de la croissance et de sortir du cycle de la pauvreté.

« Ces réformes sociales visent à améliorer la qualité de vie des citoyens », a ajouté Isaac Tchiakpé.

Entre autres réformes sociales, l’UFC veut mettre en place une agence nationale de solidarité sociale qui offrira une sécurité des revenus aux citoyens à faible revenu de 25 à 60 ans, une agence nationale d’assurance emploi qui offrira une allocation proportionnelle à son salaire sur une période allant de 6 à 9 mois au contribuable qui perd son emploi pour des raisons indépendantes de sa volonté et une assurance maladie à l’ensemble des citoyens togolais, une prise en charge des soins de santé des enfants mineurs, de 0 à 18 ans, et la gratuité des manuels scolaires des ménages à faible revenu, et l’introduction de l’anglais dès la maternelle à l’horizon 2025.

« Nous nous engageons dans le processus électoral pour avoir une plus grande représentativité au parlement afin d’être un force de proposition et d’élaboration du Togo nouveau. Nous sommes dans ce processus électoral pour gagner et mettre en œuvre notre vision du Togo apaisé, réconcilié, prospère et solidaire », ont lancé les responsables du « Détsia ».

Read 471 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…