29 Oct 2018

Evénements de Sokodé : Atchadam demande à la CEDEAO d’agir avant qu’il ne soit tard

Le président du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam, dans un audio, vient de réagir à ce qu’il s’est passé dans la nuit du 28 au 29 octobre 2018 à Sokodé et à Kparatao (chez lui). Selon le président de ce parti politique, il s’agit d’une scène d’horreur perpétrée par l’armée togolaise contre les populations.

Après avoir condamné  des actes qu’il qualifie de « rétrogrades », M. Atchadam estime que le pouvoir de Faure Gnassingbé a encore sorti de tiroir son ‘vieux projet’ de mettre le pays à feu et à sang si le peuple togolais refuse de le laisser gouverner ad vitam aeternam.

Selon lui, les armes disparues, le refus de lever le siège sur les villes de Mango, Bafilo et Sokodé et certains quartiers de la capitale Lomé, les rafles répétées des populations, les incendies des mosquées et des exemplaires des Coran déchirés et brûlés, les incendies des églises, les actes de vandalisme contre le nouveau siège du PNP Sokodé la nuit du 24 au 25 octobre font partie de ce plan.

Même l’incendie du siège du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR) à Sokodé dans la nuit du 26 au 27 octobre, est ‘volontaire’ et fait partie, à en croire Tikpi Atchadam, des ‘actes d’une même pièce de théâtre tragique bien ficelée’ qui se libelle en ces mots : « peuple togolais, tu nous laisse gouverner à vie ou nous te laissons un pays complètement détruit qui ne pourra jamais se relever ».

« En vue de la mise en œuvre de ce projet, ils ont mis de côté tous les moyens, le prologue annonçant la pièce de théâtre proprement dite est cousu de provocations. La stratégie est simple, multiplier les provocations pour obtenir la réaction supposée ou vraie de la population pour enfin justifier la mise du pays à feu et à sang. Ceci doit commencer à Lomé, Mango, Bafilo, Sokodé ou Tchamba », indique le président du PNP.

Tikpi Atchadam demande aux populations de ne pas céder  aux provocations et de garder leur calme. A la CEDEAO, à l’Union africaine (UA), aux diplomates accrédités au Togo et à toute la communauté internationale, le leader du PNP dit que le moment est arrivé de dépasser les ‘condamnations de principe’.

« Ils doivent prendre des mesures adéquates contre ce régime pyromane dont les actes pourraient réduire à néant les efforts déjà réalisés dans les autres pays de la sous-région », propose-t-il.

La facilitation de la crise politique togolaise et le comité de suivi chargé de la mise en œuvre de la feuille de route proposée par la CEDEAO, souligne-t-il, doivent saisir les ‘signaux annonciateurs du chaos recherché’ par le pouvoir de Lomé pour enfin prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard.

Tikpi Atchadam fait une dernière exigence : la CEDEAO doit prendre des ‘dispositions préventives’ qui s’imposent en vue d’assurer la protection des populations du Togo.

Read 1684 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…