18 Jun 2018

Le MPL entrevoit un relent ‘belliqueux’ dans la sortie d’Aboudou Assouma

Les réactions sur la récente sortie de la Cour constitutionnelle pour appeler le gouvernement et la CENI à faire diligence pour aller aux élections législatives se suivent mais ne se ressemblent pas. Au Mouvement du peuple pour la liberté (MPL), on pense que cette sortie est ‘légale’ mais souffre d’une illégitimité au relent belliqueux.

Après avoir rappelé que le retard dans l’organisation d’un pareil scrutin n’est pas une première au Togo, Pascal Adjamagbo et son parti politique estime que la Cour constitutionnelle devrait être au-dessus de la mêlée dans sa prise de position pour, disent-ils, ne pas exacerber les tensions au moment où les protagonistes de la crise et la CEDEAO s’échinent à trouver une solution à la crise.

« La plus haute instance semble minimiser la crise. Elle ne doit pas s’inféoder aux desiderata des politiques, à plus forte raison du pouvoir en place », indique le communiqué dont copie est fait à Global Actu.  

Pour le MPL, les élections galvaudées une fois de plus au Togo sans les réformes constitutionnelles, institutionnelles et sociales, serait encore un ‘grenouillage’ politique au dos du peuple. « Cela aura sans doute un effet boomerang », note-t-on dans le document de ce parti.

Ce parti non membre de la coalition des 14 demande à la Cour constitutionnelle de s’inscrire dans la réalité politique actuelle et d’œuvrer pour sa résolution plutôt que de pouvoir pousser à bout le peuple togolais.

Le MPL souhaite que la CEDEAO puisse peser de son poids pour trouver la bonne formule à la résolution durable de la crise tout en prenant en compte les revendications légitimes de la majorité du peuple assoiffée de la bonne gouvernance et d’un véritable Etat de droit.

Read 475 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…