Le point du communiqué de la CEDEAO qui fâche l’ANC Eric Dupuy, conseiller du chef de file de l'opposition
16 Apr 2018

Le point du communiqué de la CEDEAO qui fâche l’ANC

La nomination des présidents ghanéen, Nana Akufo-Addo et guinéen, Alpha Condé, ce samedi par les chefs d’Etat et de gouvernement comme facilitateurs de la CEDEAO pour la résolution de la crise togolaise, n’a rien de nouveau, selon Eric Dupuy, secrétaire national à la communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

Pour le conseiller du chef de file de l’opposition togolaise, les deux (2) chefs d’Etat se sont impliqués dans la facilitation depuis le début et connaissent personnellement la situation politique qui prévaut au Togo.

Néanmoins, il y a un point dans le communiqué ayant sanctionné le Sommet des  chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui fâche à l’ANC. C’est le point 20 qui invite « instamment tous les partis politiques et la société civile togolaise à s’abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix au Togo et dans la sous-région ».

Eric Dupuy pense que cette prescription donne l’impression que les présidents réunis autour du chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO, ce samedi à Lomé n’ont pas la ‘vraie mesure’ de ce qui se passe au Togo.

Ce qui se passe au Togo, a-t-il rappelé, n’est nullement le fait des partis politiques au Togo, ni de la société civile. « Il s’agit d’une répression sauvage et barbare de la part des corps habillés instrumentalisés par le régime. Nous avons appris samedi qu’il avait des miliciens qui étaient venus en renfort », a-t-il décrit ce lundi sur la radio Nana FM, ajoutant que telle est la réalité.

Il se dit persuadé que les pays comme le Bénin de Patrice Talon, le Burkina Faso de Roch Marc Christian Kaboré, le Nigeria de Muhammadu Buhari et le Ghana de Nana Akufo-Addo connaissent très bien la situation qui prévaut au Togo. « Ils sauront apprécier la situation », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les chefs d’Etat réunis en Sommet extraordinaire à Lomé ce samedi confient une lourde mission aux présidents ghanéen et guinéen, celle d’aider les parties à parvenir à des réformes constitutionnelles. Les recommandations auxquelles les 2 présidents vont parvenir avec l’aide de la commission de la CEDEAO seront présentées au prochain Sommet de la CEDEAO. Le président nigérian, Muhammadu Buhari pourrait succéder à Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO.

Read 1677 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…