26 Feb 2018

Adjamagbo : « le sort d’un peuple est suspendu à celui d’un individu »

Il y a eu blocage au dialogue le vendredi dernier. Invitée ce lundi sur la radio Victoire FM, la coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, Brigitte Adjamagbo Johnson ne se le cache pas.

Au cœur du conflit, le retour à la Constitution de 1992 et ses implications, une loi fondamentale votée par le peuple à près de 98% en 1992 mais perçue aujourd'hui par le régime de Faure Gnassingbé comme une « constitution de la haine », selon elle.

« Nous avons expliqué ce que veut le peuple et les représentants de ce régime qui opprime le peuple et l’appauvrit ont pris la parole pour dire que pour eux, si le retour à cette constitution doit impliquer que le chef de l’Etat actuel ne soit pas candidat en 2020, ce retour n’est pas possible », a-t-elle développé, concluant que le sort de tout un peuple est suspendu à celui d’un individu.

Ce qui est écœurant, a-t-elle poursuivi, c’est que les représentants du pouvoir à la table de discussion sont allés très fort en se prévalant de l’argument selon lequel la crise a pour fondement un conflit nord-sud.

C’est ce qui justifie l’interdiction de manifestations à Kara, à Mango, à Bafilo et à Sokodé, note-t-elle.

La coordinatrice de la coalition dit aussi avoir compris que le régime de Faure Gnassingbé veut utiliser le dialogue pour se renforcer, comme ce fut le cas en août 2006 avec l’Accord politique global (APG). « Cela n’arrivera pas », a-t-elle prévenu, ajoutant que  ce 27ème dialogue doit apporter la solution durable à la crise togolaise et la fin de ce régime et non autre chose.

« Le peuple souverain est déterminé, il veut sa Constitution de 1992. Et par application de ce retour à cette constitution, qu’on en arrive à obtenir une alternance et un changement de ce régime. Ce qui passe par un changement à la tête de ce pays qui va permettre de déconstruire progressivement tout le système enraciné et auquel nous avons tous participé d’une manière ou d’une autre, sans le savoir », a-t-elle relevé.

Pour elle, il y aura retour à la Constitution de 1992 par le dialogue ou c’est la rue qui va encore se charger de finir la lutte.

Parlant de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dont la coalition a demandé l’arrêt des travaux, la coalition des 14 prévient qu’elle ne laissera pas le régime faire un énième ‘coup de force électoral’.

« Si le régime pense qu’un beau matin il va nous mettre devant le fait accompli, il se trompe », a précisé Mme Adjamagbo Johnson.

Sur le front social

La coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a aussi répondu aux représentants du gouvernement qui pensent que les syndicats des secteurs de l’éducation et de la santé qui réclament des améliorations des conditions de vie et de travail sont manipulés par les milieux politiques. Cet argument, d’après elle, est une insulte à l’intelligence de ces hommes et femmes.

Elle ajoute que la balle est plutôt dans le camp du gouvernement et du régime au pouvoir qui disent faire des efforts alors qu’au même moment, les ressources de l’Etat sont dilapidées et l’impunité est garantie à ceux qui détournent les ressources à d’autres fins.

Read 2017 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…