14 Feb 2018

Les FAT promettent à Gnassingbé d'être là contre vents et marées

A la veille du dialogue politique qui s’ouvre ce jeudi, les officiers des Forces armées togolaises (FAT) ont décidé de faire allégeance au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

Ces hommes et femmes d’armes, en présence du chef de l’Etat contesté dans les rues depuis plus de six (6) mois, et du chef d’Etat-major général des armées, le général Abalo Félix Kadanga, ont promis à M. Gnassingbé, un soutien indéfectible et sans faille à sa « politique de main tendue», afin, disent-ils, de lui permettre d’ « amener tous les fils et filles du pays autour d’une même table de discussion, dans le but de trouver des solutions pérennes à la crise sociopolitique » que traverse le pays.  

Pour les FAT, c’est la providence qui a choisi M. Gnassingbé pour présider aux destinées du Togo depuis 2005 pour en faire un « havre de paix » et une « nation réconciliée », jusqu’en août 2017 où les choses ont tourné court.

Selon ces officiers, depuis le 19 août 2017, le climat de paix tant apprécié des Togolais et des étrangers vivant au Togo est perturbé par la faute des manifestations « non pacifiques » et qui connaissent des « dérapages sans précédent ».

En signe de reconnaissance à leur chef, les officiers des FAT décident de rester vigilants pour, disent-ils, « faire face à toute forme de terrorisme, en particulier, lorsqu’il prend une forme identitaire et religieuse à l’intérieur du pays ».

« Unies dans un même esprit et résolument engagées derrière vous, nous veillerons sur la paix de la cité. Pour le Togo, pour la paix, pour la patrie, nous serons là », a martelé le liseur de la déclaration qui n’est autre que le lieutenant-colonel Komlan Togni, commandant du collège militaire Eyadéma de Tchitchao.

Ils n’ont pas passé sous silence les réalisations de leur chef. A ce propos, ils citent l’acquisition de nouveaux matériels majeurs qui, selon eux, renforce la mobilité des unités,  la poursuite de sa politique des grands travaux à travers les projets d’électrification rurale, de réduction de la pauvreté, de la modernisation de l’agriculture et de l’initiative de l’entrepreneuriat pour les jeunes.

C’est également cette politique qui a fait qu’il a été élu président de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, la même qui a valu au Togo, un second mandat au sein au sein du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), soutiennent-ils.

Read 792 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…