16 Oct 2019

Togo : l’action conjointe des cantines scolaires et du PERI salutaire à Djéméni

Les effectifs d’élèves, les inscriptions en début d'année et les résultats en fin d'année ont grimpé à Djéméni, un village situé à 8 km de Notsé dans la préfecture du Haho. Le taux d'inscription de la jeune fille connaît une hausse sensible. Ces résultats satisfaisants sont à mettre à l’actif des effets des cantines scolaires et des interventions du Projet éducation et renforcement institutionnel (PERI) sur cette communauté.

C’est le constat que les responsables de la Banque mondiale et de l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) ont fait dans ce village mercredi.

C’est à l’occasion d’une visite conjointe des 2 institutions qui s’inscrit dans le cadre de la célébration la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté célébrée chaque 17 octobre depuis 1993.

« Pour ce qui concerne la cantine scolaire, je dirais que l'un des droits fondamentaux de l'homme c'est les enfants et leurs nutritions. C'est pour cela que le gouvernement a senti le besoin d'apporter cet appui important à ces enfants qui sont Togolais et dont les localités ne favorisent pas leur bonne croissance que ce soit la croissance physique ou intellectuelle parce qu'on en a besoin pour construire notre pays », a expliqué Mazalo Katanga, Directrice générale de l’ANADEB.

 L'ANADEB, selon elle, a été retenue par le gouvernement togolais pour mettre en œuvre le Projet filets sociaux et services de base (FSB) qui permet d'assurer aux ménages et communautés pauvres, un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets sociaux. 200 microprojets d'infrastructures sont réalisés dans 200 communautés des 5 régions du Togo.

L'une des composantes du projet FSB porte sur les cantines scolaires. Et l'EPP de Djéméni est l'une des écoles bénéficiaires des cantines scolaires accréditées avec l'appui financier du gouvernement togolais et de la Banque mondiale, a-t-elle ajouté.

A l’EPP Djéméni, les repas servis aux élèves sont non seulement consistants mais variés tous les jours. Du lundi à vendredi, les élèves mangent le riz, le haricot, l’igname, la pâte avec la sauce d'adémè et du watchè.

« A tous ces repas que nous leur préparons durant les 5 jours de classe, nous ajoutons du dessert fait de fruits notamment des oranges, des bananes et des ananas », a indiqué Essivi Akakpo, Maman cantine Djéméni.

A en croire cette dame, avant l’avènement des cantines scolaires, les élèves sortent de classe et se dirigent toujours vers les champs où sont leurs parents et reviennent en cours dans l’après-midi la plupart du temps le ventre affamé.

Financé par la Banque mondiale, PERI vise à soutenir le gouvernement togolais dans ses efforts pour une meilleure qualité de l’enseignement.

Selon Pierre Kokou Tetegan, coordonnateur du PERI, ce projet appuie la construction de forages, la construction et l’équipement de salles de classe et la promotion de l’éducation de l’éducation des filles à travers sa composante ‘renforcer l’accès et l’équité de l’enseignement primaire’.

L’amélioration de la qualité de l’enseignement, le renforcement de l’accès et l’équité dans l’enseignement primaire, particulièrement dans les préfectures défavorisées.  

Bernadette A.

Read 331 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
ADS
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…