16 Aug 2019

Togo : Ganavé sensibilisé sur l’importance de l’éducation de la fille et de l’acte de naissance

Le certificat de naissance, ce précieux sésame qui permet aux élèves d’aller à l’école sans interruption et à d’autres personnes de se faire délivrer un certificat de nationalité, manque cruellement dans la vie de certaines personnes. Surtout dans les milieux reculés. Certains élèves, par manque de cette pièce d’identité, finissent leur parcours scolaire à la maison. Les filles sont les plus touchées par ce phénomène. L’ONG ‘Tous unis pour le développement’ (TUD) et son partenaire, Action sociale sans frontières de Strasbourg ont sensibilisé vendredi les femmes du village de Ganavé sur l’importance de ce document dans la vie de leurs filles.

La sensibilisation a eu lieu à l’Ecole d’initiative locale (EDIL) de Ganavé Logopé (60 km au nord-est de Lomé), en présence des autorités locales sous le thème :’ promotion éducation de la jeune fille’ et a rassemblé des centaines de femmes venues de tous les coins de ce village de la préfecture des Lacs.

Un garçon à l’école, c’est bien. Mais une fille à l’école est encore mieux. Tels sont les premiers mots lancés par Kafui AKPOVY-AGBONAGBAN, coordinatrice de l’ONG TUD au cours de cette sensibilisation des populations sur l’importance de l’acte de naissance et de l’éducation de la jeune fille.

« Lors de nos campagnes de sensibilisation, surtout sur les actes de naissance, nous avons constaté qu’il y a une école ici et que les enfants ont besoin de cet acte cher. Les parents n’arrivent pas à financer l’obtention de ce certificat à leurs enfants et à côté, il y a d’autres qui n’ont même pas l’information. Nous avons fait cette sensibilisation ici pour pouvoir rassembler plus de monde et partager l’information, motiver les parents sur la scolarisation de leurs enfants », a-t-elle confié à Global Actu.

Cynthia SAVIO, trésorière de Action sociale sans frontières, cette organisation qui soutient depuis 4 ans plusieurs écoles dans les villages du Togo, a fait savoir que c’est au quotidien qu’il faut faire ce genre de sensibilisation.

« Il n’y a pas qu’au Togo où cette pièce fait défaut, il y a beaucoup de pays. S’il n’y a pas de relais sur le terrain qui font ce travail de fourmi, on n’avancera pas dans le cadre du manque de pièce d’identité », a-t-elle nuancé.

L’ONG TUD et son partenaire ont fait d’une pierre deux coups. La sensibilisation a été suivie d’une distribution de kits scolaires aux centaines d’élèves que compte l’EDIL de Ganavé Logopé, pour le compte de l’année 2019-2020.

Tous les enfants et leurs parents sont rentrés le sourire aux lèvres. « Nous remercions sincèrement les donateurs pour ce geste parce que moi-particulièrement, je me demandais où je vais trouver l’argent pour acheter des fournitures scolaires à ma fille », a marqué Afi Mondjinou, une femme qui dit avoir retenu beaucoup de choses de cette sensibilisation.

Les enseignants de cette école ne sont pas également oubliés. Les 2 organisations les ont dotés de plusieurs outils qui leur serviront dans l’enseignement.

Certains habitants de ce village ont profité de l’occasion pour faire des doléances. L’école, ont-ils souligné, n’a pas encore une seule classe digne de ce nom. Les élèves suivent les cours dans des classes faites en claies. Ils ont souhaité que les 2 organisations donatrices puissent pencher aussi vers ce côté de la chose. Une autre doléance est l’absence de centre de santé dans le village.

Avant de faire le déplacement de Ganavé Logopé, l’ONG TUD et son partenaire étaient à Kpotossou-Hédji, un village  du canton de Sévagan. Là-bas, des jugements supplétifs ont été distribués aux hommes et femmes. En mars dernier, 162 adultes de la préfecture de Vo ont reçu à moindre frais leur jugement supplétif tenant lieu d’acte de naissance.  

Read 489 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…