30 Apr 2019

Kokoroko : ‘l’Université de Lomé ne sera jamais une colonie du CAMES’

Le président de l’Université de Lomé (UL), Pr Komlan Dodji Kokoroko s’est prononcé mardi pour la première fois sur le conflit qu’il a avec le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). Accusé avec certains de ses collègues du Togo, de la Côte d’Ivoire et du Bénin d’avoir manqué à son devoir d’éthique et convoqué à comparaître devant la Commission d’éthique et de déontologie du CAMES, cet agrégé des sciences juridiques et politiques a déclaré devant un parterre de personnes composée en grande majorité d’universitaires, notamment les présidents honoraires, que son université ne sera jamais une ‘colonie’ du CAMES.

Ce ne sont que des agitations, a-t-il lancé, rassurant de sa sérénité. « L’UL ne sera jamais une colonie du CAMES. Le jour où j’accepterai les pires banalités de ce CAMES qui nous vend à coups de jetons, je peux vous dire qu’en ce moment, j’aurais fait le deuil de nos droits que j’ai acquis si chèrement », a-t-il promis.

Il a même qualifié de ‘pagaille orchestrée à des fins déterminées’ cette affaire au-devant de laquelle se trouve le Secrétaire général du CAMES. Le juriste dit rester debout devant ‘son’ université et dans ‘son’ université.

« Je ne me ferai en aucun cas dicter des principes subcontraires aux valeurs qui fondent cette université. Nous restons debout et fiers », a-t-il souligné, ajoutant que les valeurs qui fondent l’UL ont pour noms la passion, le sens et la responsabilité.

« Ces valeurs qui demeurent le vrai repère et une boussole pour nous autres, ne sauraient s’accoquiner avec l‘insolence et l’imbécilité », a-t-il ajouté.

Pour information, Pr Komlan Dodji Kokoroko faisait cette déclaration au cours d’une cérémonie heureuse de remise  d’un matériel de laboratoire évalué à plus de 20 millions de francs CFA, à la Faculté des sciences de l’UL, une première.

« En procédant ainsi, nous refusons la logique de l’assistanat au profit de la démarche assurancielle qui voudrait que la République des universitaires puisse se prendre en charge, s’équiper et avancer », a-t-il relevé.

Il a qualifié de ‘malheureux, ses collègues qui, dit-il, chantent le déclin de l’Université de Lomé et les universitaires qui ne veulent aucunement admettre les efforts consentis pour une université meilleure.

 Aux étudiants et aux usagers du matériel, il a demandé de faire bon usage. Car hier, a-t-il clamé, « nous célébrions les vertus des matériels obsolètes qui ne pouvaient faire que 2 heures dans nos laboratoires ».

Read 2887 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
ADS
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…