ADS
27 Nov 2019

16ème FIL : des pistes de solution pour le e-commerce au Togo

Au Togo, il est possible d’acheter du koliko (igname frite) en ligne, de payer les frais d’électricité, les impôts en ligne, les droits à la caisse de sécurité, tout cela en ligne. Des opérations bancaires se font également en ligne. Des possibilités qui font dire que le Togo est en bonne voie en matière de e-commerce. Cependant, il reste beaucoup de défis à relever en la matière.

Les différents maillons de la chaîne d’une solution de e-commerce ont été au cœur du 2ème panel mardi à la 1-ème Foire internationale de Lomé. Les problèmes liés au e-commerce de logistique, aux plateformes qui présentent les marchandises à vendre et au paiement ont été dévoilés aux jeunes entrepreneurs. Les opportunités ne sont pas en reste.

« Cette assise a permis aux jeunes de pouvoir voir les opportunités dans le domaine pour pouvoir faire l’intermédiation entre le monde de ceux qui ne connaissent et le besoin de pouvoir acheter en ligne », a déclaré Tsatsou Fiadjoe, consultant en numérique.

Cependant, quand on parle des différentes étapes pour faire le e-commerce, de sérieux problèmes se posent en matière de livraison du produit, de commerce international et de paiement.

« Sur le plan de la livraison du produit, il y a des opportunités à saisir parce qu’il y a un bel exemple qui est la poste. Elle s’est adaptée depuis pour distribuer tout ce qui est marchandise dans le cadre du e-commerce. Beaucoup de jeunes peuvent saisir cette opportunité parce qu’il y a des pans que la poste n’a pas encore couverts », a marqué Jean-Marie Noagbodji, président directeur général de Café informatique et télécommunication.

En matière de commerce international, a-t-il souligné, il y a des opportunités à saisir à savoir comment créer à l’international des points de distribution ou de stockage de produits pour être le plus proche de l’acquéreur par e-commerce.

« Par exemple, aux Etats-Unis, il faut que celui qui commande par e-commerce, soit en mesure d’être livré rapidement. Pour ce faire, il faut que le point de livraison soit assez prochain de l’acquéreur », a-t-il ajouté.

Quand on parle de e-commerce, le paiement doit aussi être rapide. « On n’a pas besoin de faire un transfert et qu’on aille vérifier sur le compte, cela doit se passe rapidement. On a des exemples de Flooz et de Tmoney qui doivent être suivis », a-t-il reconnu.

Read 902 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…