07 Aug 2019

Marine & Océans révèle les défis du Golfe de Guinée, Faure Gnassingbé en couverture

L’Afrique est le continent du XXIème siècle. Cependant, l’insécurité et la piraterie maritimes représentent des défis majeurs pour ce continent en général et pour le Golfe de Guinée en particulier. Cette situation affecte l’économie des pays de cette zone maritime de 6000 km, et a des conséquences jusque dans le panier de la ménagère. Ce défi doit être pris à bras-le-corps, si les Etats veulent créer de l’emploi à la jeunesse et booster le secteur maritime. C’est ce que révèle le 263ème numéro de la revue trimestrielle Marine & Océans.

En couverture de ce magazine éditée par la Nouvelle société des éditions Marine & Océans et qui sensibilise le grand public sur les principaux enjeux des mers et des océans, il y a le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé. Ce magazine a été présenté à la presse mercredi à Lomé par Charles Kokouvi Gafan, le président du Cluster maritime d’Afrique francophone (CMAF), l’entité fédératrice créée en mars 2019 et qui regroupe 21 pays côtiers de l’Afrique et Eric Adja, le Directeur du Bureau régional pour l’Afrique de l’ouest de l’Organisation internationale de la francophonie (BRAO/OIF).

Selon les 2 présentateurs, il s’agit d’un numéro spécial dédié à l’Afrique francophone et aux questions liées à la mer en Afrique, avec un accent particulier sur le Golfe de Guinée, une zone maritime africaine qui va du Cap vert à l’Angola.

« Ce numéro consacre des dizaines de pages sur des informations fort intéressantes sur l’économie bleue de l’Afrique. Cette parution consacre un grand dossier sur l’Afrique francophone. Mais sa particularité réside dans le fait que le chef de l’Etat togolais, champion de la sécurité et de la sûreté maritimes en Afrique pour son rôle de leadership dans toutes les questions relevant de ce domaine, est en couverture », a déclaré le patron de Bolloré Togo.

Il a invité les journalistes à s’intéresser davantage aux questions liées à la mer, puisque, a-t-il souligné, 90% des échanges commerciaux se font à travers les océans.

Dans cette revue, on retient que le Golfe de Guinée est une zone stratégique. Il est le passage des câbles sous-marins et est une zone maritime très riche en ressources halieutiques puis regorge des réserves pétrolières non négligeables. Son écosystème est tout aussi enviable. Cependant, des défis restent énormes. L’insécurité et la piraterie maritimes règnent en maîtres avec d’énormes conséquences sur les économies.

« Sur les économies de ces pays, les conséquences sont à trois niveaux. D’abord sur le commerce maritime. Aucun investisseur ne viendra investir son argent sur des routes insécurisées. La pêche maritime d’où tirent leurs revenus plus de 10 millions de personnes en Afrique, aussi prend un coup à cause du développement de la pêche illégale non déclarée et la surpêche », a fait savoir Ernest Ayivi Tindo, secrétaire général du CMAF.

En termes de chiffres, il y a une perte économique qui est de l’ordre de 1 milliard de dollar par an dans la zone du Golfe de Guinée et également pour le CMAF.

On parle aussi de conséquences sur le tourisme maritime et côtier, pourvoyeur d’emplois pour les jeunes.

Dans le n° 263 du magazine Marine & Océans, il y a un entretien avec Faure Gnassingbé qui y dit que « l’économie maritime est la dernière frontière de la renaissance de l’Afrique ». D’autres personnalités comme Charles Gafan, le président du CMAF, Marc Vizy, l’ambassadeur de France au Togo et Eric Adja, le Directeur de BRAO/OIF ont également accordé des interviews.

Read 282 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…