06 Dec 2018

Kuéku-Banka Johnson : ‘jusqu’au dimanche passé, nous avons enregistré 84.682 visiteurs’

La 15ème foire internationale de Lomé continue de battre son plein. Après 13 jours d’activités, le directeur du Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF), le lieu attitré de cette fête foraine commerciale passe au bilan dans une interview accordée à Global Actu.

« Jusqu’au dimanche passé, nous avons enregistré 84.682 visiteurs. Sur le plan des affaires, nous pouvons retenir également que nous avons fait le tour, surtout pour parler avec ceux qui nous sont venus d’ailleurs, pour savoir s’ils sont dans la dynamique de l’atteinte de leurs objectifs et pour la plupart, ils sont très heureux et satisfaits », a-t-il déclaré.

Lire plutôt l’interview

Globalactu : Il y a exactement 13 jours que la 15ème Foire internationale de Lomé (FIL) a été ouverte. M. le directeur du CETEF, que peut-on retenir en termes de résultats de cette foire ?

Kuéku-Banka Johnson : En termes de résultat provisoire, nous retenons d’abord que la foire se passe assez bien. Tout se passe assez bien, les programmes se déroulent normalement, les conférences sur le thème de la foire aussi. Il y a beaucoup d’engouement et d’idées. Nous sommes satisfaits par ceux qui sont intervenus, notamment les éminents professeurs d’Université et ceux qui sont dans la pratique de la chaîne de valeur aux différents panels. Au niveau de l’organisation, nous sommes tout à fait heureux d’avoir satisfait quant à l’organisation.

Sur le plan des affaires, nous pouvons retenir également que nous avons fait le tour, surtout pour parler avec ceux qui nous sont venus d’ailleurs, pour savoir s’ils sont dans la dynamique de l’atteinte de leurs objectifs et pour la plupart, ils sont très heureux et satisfaits. Certains même avaient programmé de participer aux rencontres d’affaires mais le fait qu’ils aient atteint leurs objectifs, ils ont décliné l’offre. Ils voulaient des représentants au niveau du pays ou de la sous-région, ils en ont eu et m’ont fait part de leur satisfaction.

Que peut-on dire de la visite et des exposants ?

Au niveau de la visite, je peux également dire que nous avons eu quelques petites craintes mais du fait de l’organisation des différentes manifestations, tout est rentré dans l’ordre. Jusqu’au dimanche passé, nous avons enregistré 84.682 visiteurs. Je profite de l’occasion pour dire que certains chiffres que nous avançons, sont des chiffres que nous retenons par rapport aux billets que nous avons vendus et par rapport aux invitations qui sont distribuées. Au même moment de l’année dernière, nous étions à 84.874 visiteurs. Il y a un petit écart entre les deux (2) périodes. Avec ce chiffre, je crois qu’on est en deçà des résultats de l’année dernière de 200 à 300 visiteurs.

Nous espérons que cette semaine, tout se passera comme prévu et que les trains suivront ceux de l’année écoulée pour que nous puissions à la fin de la foire, atteindre aussi notre objectif qui est d’approcher, voire dépasser les 300.000 visiteurs.

Pour ce qui est des exposants, à ce jour, nous avons enregistré 957 exposants qui sont sur la foire et nous avons projeté 1000 exposants. Nous sommes à 95,7% de nos projections et nous ne pouvons qu’être aussi satisfaits d’avoir dépassé largement la moyenne, ce qui n’est pas mauvais. L’année écoulée, on était à 820 exposants, soit 82% de nos objectifs et aujourd’hui à 95%. Nous pouvons être heureux par rapport à cela.

Mercredi et dimanche derniers, on vous a vu visiter les différents pavillons et passer de stand en stand pour échanger quelques mots avec les exposants. Que cherchait le directeur du CETEF à travers cette visite inopinée ?

Evidemment en tant que premier responsable, j’ai trouvé nécessaire de descendre de temps en temps pour prendre le pouls et l’évolution de la manifestation. Par rapport aux exposants, c’est d’avoir leurs premiers commentaires, observations et informations et surtout pourquoi ils sont là. On ne le voit pas mais c’est absolument difficile pour convaincre un exposant de quitter son lieu d’affaires journalier et habituel pour venir rester sur le site de la foire et de faire dans l’intérêt d’avoir plus de visibilité, de pouvoir vendre plus et de pouvoir faire prospérer son affaire. J’estime qu’il est nécessaire de temps en temps de les approcher, leur demander si par rapport à leur objectif, ils sont dans le dynamisme et sinon, on peut faire quelque chose pour les aider. Voilà souvent le but de notre décente sur le terrain et de regarder aussi de près si tous les dispositifs que nous avons mis en place pour que nos exposants et visiteurs soient dans les bonnes conditions de séjour, de propreté et de sécurité sur le site de la foire, sont en place.  

Que direz-vous aux Togolais qui sont quelque part et qui hésitent encore à venir à la 15ème foire internationale de Lomé ?

Je suis certain que pour la plupart, ils attendent samedi et dimanche prochains pour venir à la foire. Ils se disent qu’ils ont le temps devant eux mais samedi et dimanche, l’observation c’est qu’il y a tellement de visiteurs. A chaque fois je me pose la question s’ils arrivent à atteindre leurs objectifs parce qu’on les voit confinés, serrés dans les pavillons et ils ne regardent que tout droit devant eux. Ils n’ont pas la possibilité d’aller à gauche et à droite. Alors c’est l’occasion de leur demander, s’ils ont le temps de passer en semaine. Je les invite à programmer leurs visites sur la foire en semaine afin de mieux valoriser ces visites.

Toute activité humaine n’étant pas parfaite, quels sont les problèmes qu’il vous est donné de constater et que vous vous êtes empressé à résoudre ?

Ce que nous avons de plus en plus déploré d’année en année, et cette année, j’estime que nous avons su gagner ce pari, c’est d’éviter à la foire des vendeurs ambulants. Ceux-là qui le font comme on le dit chez nous, ont des oreilles dures malgré toutes les dispositions que nous prenons. Ils s’obstinent à le faire. J’ai l’impression que si on n’a pas vaincu à 100%, au moins à 80% cette année, on a essayé de régler ce problème.

Il y a aussi le problème de la nuisance sonore et nous avons essayé de mettre en place une sonorisation unique pour éviter cela. Il aurait suffi qu’on oublie un tout petit peu que certains opérateurs se mettent à augmenter le volume de leur acoustique dans les pavillons. On a gagné ce pari, on a plus cela dans les pavillons et au niveau des restaurants. La démarche est toujours en cours, on a fait du chemin et nous estimons que d’ici l’année prochaine, ce problème sera absolument résolu.

Propos recueillis par Bernadette AYIBE

Read 114 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…