04 Dec 2018

Kuéku-Banka Johnson : ‘les grands pays se sont développés à partir de l’agriculture’ 

Après son aspect conceptuel et théorique, la chaîne de valeur, le sujet phare qui est au cœur de la 15ème foire internationale de Lomé, a fait ce mardi au Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF), l’objet d’un 2ème panel sur son opérationnalisation avec en toile de fond le cas du secteur agricole.

Selon Kuéku-Banka Johnson, Directeur du centre qui accueille la foire, la jeune génération togolaise est très entreprenante mais il faut qu’elle se tourne un peu plus vers l’agriculture.

« On pense à tort que c’est un domaine qui n’est pas porteur, c’est faux. Les grands pays, notamment les Etats-Unis se sont développés à partir de l’agriculture. Il est donc grand temps pour les jeunes entrepreneurs de faire attention à tous les mécanismes que le gouvernement a mis en place ces derniers temps. On peut gagner de l’argent avec l’agriculture », a-t-il insisté avant d’ajouter qu’il faut que la jeunesse entrepreneuriale togolaise puisse tirer profit de la chaîne de valeur, surtout dans le domaine agricole.

Le Burkina Faso, pays invité d’honneur à la 15ème foire, a encore une fois apporté son expérience en matière de financement de la chaîne de valeur agricole. Cette expérience remonte à 2012 avec Coris Bank.  

« Le secteur agricole est considéré depuis longtemps comme un secteur à risque. S’il faut abandonner ce secteur, personne ne viendra le développer. Il nous revient de relever le défi, de trouver des mécanismes ensemble avec tous les acteurs pour amener ce secteur », a déclaré Sié Charles Kam, chargé d’affaires finance inclusive auprès de cette institution bancaire.

Aujourd’hui, au Burkina Faso, les sociétés étatiques, les ONG, les projets et programmes sont entrés dans la danse. Des fonds de garantie permettent à l’heure actuelle de sécuriser les crédits faits au monde rural.

Au Togo, c’est le Mécanisme incitatif sur le financement agricole (MIFA) lancé il y a quelques mois par les autorités togolaises qui fait foi dans ce domaine de financement agricole.

Il vise, selon les informations, à apporter des solutions ‘innovantes’ et ‘révolutionnaires’ pour la structuration des acteurs dans les chaînes de valeurs agricoles, à faciliter leurs relations d’affaires et l’accès au crédit pour développer leurs activités afin de générer les emplois pour les jeunes et améliorer le revenu des producteurs et développer les PME et PMI.

« C’est une opportunité immense d’entrepreneuriat, de facilitation d’accès au crédit et des opportunités dans les différentes chaînes de valeurs qui ont des avantages comparatifs au Togo dans les filières agricoles tels que le manioc, l’ananas, le soja, les viandes, les produits maraîchers », a lancé Noël Bataka, chargé des chaînes de valeurs au MIFA.

Read 137 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…