14 Sep 2018

Minasseh : ‘nous entrepreneurs, devons laisser de côté cette histoire de pouvoir et d’opposition’

La 7ème édition de la foire Adjafi, la foire des jeunes entrepreneurs, continue de déballer ses activités. Ce vendredi, les jeunes entrepreneurs ont pris part sur le site de cette fête foraine à la dernière rencontre de formation et de renforcement de capacités sous le thème : « rôle des réseaux et associations de jeunes entrepreneurs dans la culture de la qualité ».

Selon Péyébinesso Limaziè, conseiller industrie au bureau exécutif de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT), la qualité est fondamentale dans toute entreprise et dans la pérennité de l’entreprise.

« Cultiver la qualité dans une entreprise, doit être un effort d’ensemble dans les labélisations et la vente de la qualité. Entretenue dans un réseau, la qualité permet d’avoir plus de chance sur le marché », a-t-il déclaré ajoutant que les jeunes dans les réseaux et associations, doivent prendre en compte 4 démarches ‘élémentaires’ dans leur entreprise.

Il les a conviés à inscrire dans leur projet la qualité et la formation, la veille économique et à se dépasser des vérités « non vérifiées ».

« L’information est la valeur qu’il faut rechercher. Quand vous l’avez, la richesse est à portée », a souligné l’architecte.

Lors des échanges, plusieurs questions ont pris en compte l’absence ou l’insuffisance de structures étatiques qui peuvent aider les jeunes entrepreneurs à aller loin avec leurs projets. Répondant à cette question, le promoteur de la foire Adjafi, Maxime Minasseh a fait observer à l’assistance que les jeunes commettent deux (2) erreurs fondamentales.

« Les jeunes n’approchent pas les structures étatiques qui font un effort de proximité à la foire. Je fais ceci depuis 7 ans, je sais de quoi je parle. Ils disent que les fonds sont disponibles pour d’autres. Nous entrepreneurs, devons laisser de côté cette histoire de pouvoir et d’opposition pour aller à l’information », a-t-il relevé.

Pour s’en convaincre, il a cité l’exemple du Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes  (FAIEJ), l’Agence nationale de promotion et de garantie de financement des PME et PMI (ANPGF) et le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA), des structures qui sont sur la foire mais que les jeunes n’approchent pas, selon lui.

Ouverte le 30 août dernier sous le signe de « la qualité et l’innovation, transformons la culture de nos entreprises pour plus de performance », la 7ème édition de la foire Adjafi prendra fin le 16 septembre prochain.

Read 157 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…