04 Aug 2019

Robert Dussey : ‘toute idée de faire du HCTE une affaire politique est exclue’

Le processus pour la mise en place du Haut conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE) est lancé. A termes, 77 Togolais de différentes régions du monde seront élus par les Togolais de l’extérieur pour représenter ces derniers dans les différents pays de résidence. Mais c’est un secret de polichinelle que la mise en place de cet organe rencontre des critiques. Le ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Togolais de l’extérieur reste néanmoins serein. Selon le professeur Robert Dussey, toute idée de faire du HCTE une affaire politique est exclue.

Intervenant dans l’émission ‘Cartes sur table’ sur TV2, le chef de la diplomatie togolaise a apporté des précisions sur la mise en place de cet organe qui, selon lui, est à la fois ‘consultatif’, ‘apolitique’ et servira les Togolais de l’extérieur.

La première raison qui justifie la mise en place de ce Haut conseil, au-delà du fait que le Togo est l’un des rares pays de la sous-région ouest africaine à n’avoir pas un organe qui regroupe sa diaspora, est l’une des 9 recommandations issues d’une mission que le gouvernement a envoyée en 2014 dans tous les pays pour discuter avec la diaspora togolaise.

« A la fin de cette mission aux Etats-Unis d’Amérique, en Europe et en Afrique, il y a 9 recommandations dont celle de la mise en place du HCTE. 5 ans après, le HCTE n’est pas en place, ce n’est pas normal. C’est pourquoi le gouvernement a pris la responsabilité d’encourager la mise en œuvre de cet organe. Il était question que la diaspora elle-même puisse se réunir, avec l’assistance du gouvernement, pour mettre en place ce Haut conseil. Ce que la diaspora n’a pas pu faire parce qu’elle est émiettée et il y a beaucoup de problèmes de leadership », a-t-il soutenu.

Aux Etats-Unis par exemple, a-t-il souligné, il y a plus de 50 associations de Togolais. Le HCTE se veut donc d’être l’interface du gouvernement dans les décisions qu’il aura à prendre concernant la diaspora et ses 77 élus seront représentatifs des Togolais de l’extérieur dans les pays de résidence.

Tous les jours, a poursuivi le ministre, 2 ou 3 Togolais sont mis en prison dans le monde. Actuellement, au moins 700 Togolais sont en prison dans les pays du monde pour différentes raisons, a-t-il ajouté.

« Dans certains pays, il n’y a aucune représentation, pas d’ambassade ni de consulat qui peut aider ces Togolais. Avec ce haut conseil, dans un coin quelque part, si un Togolais est élu membre de cet organe, il peut assister ses compatriotes qui sont en prison, malades ou abusés. Etre membre du HCTE donne la légitimité et la légalité d’assister les autres compatriotes. Voilà des problèmes réels auxquels nous sommes confrontés et que les gens ne savent pas », a-t-il relevé.

Robert Dussey répond aussi à ceux qui ne comprennent pas pourquoi sur les 77 sièges que comprend le HCTE, 45 doivent revenir à la diaspora togolaise qui vit sur le continent africain. 2 raisons essentielles, notamment démographique et liée à la contribution financière justifient ce choix, selon M. Dussey.

Selon une étude de la Banque mondiale soutenue par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), sur les 1,5 million de Togolais qui vivent à l’extérieur du Togo, 1,1 million sont sur le continent africain et une minorité vit en Europe, aux Etats-Unis et dans les autres régions du monde. En termes de contribution financière, les chiffres de la Banque mondiale de 2017 montrent que 410 millions de dollars sont rentrés au Togo par le biais de la diaspora. Et dans le top 5, 4 pays sont ouest-africains. Aussi, sur les 410 millions, les compatriotes qui vivent au Ghana sont les premiers contributeurs avec 110 millions de dollars. Ensuite viennent ceux vivant au Nigeria, en France, en Côte d’Ivoire et au Bénin.

Le ministre rassure qu’il n’y a pas d’inscriptions multiples. « Si ces inscriptions multiples s’avéraient, parce que c’est possible, aucune œuvre humaine n’étant parfaite et cela peut arriver dans tous les pays, à la fin, on fera un nettoyage du fichier. Il n’y a pas de doute là-dessus. Le gouvernement n’est pas dans une démarche politique. Le ministère des affaires étrangères est ouvert », a-t-il promis.

Dans cette émission, le ministre des Togolais de l’extérieur a également effleuré la question de la feuille de route de la diaspora. Une fois que le HCTE sera mis en place, les 77 élus seront installés dans leur fonction le 29 août prochain à Lomé, lors du Forum économique des Togolais de l’extérieur. Cette rencontre sera précédée la veille (le 28 août) par le Forum économique de la diaspora africaine.  

« Ce haut conseil est l’opportunité de rencontrer toute la diaspora africaine ici à Lomé et discuter des opportunités. Ce sont 2 grands événements que nous préparons. La diaspora est une mine d’or pour les Togolais et pour toute l’Afrique », a-t-il marqué.

Le gouvernement compte aussi sur l’apport de la diaspora aussi bien africaine que togolaise pour le financement du Plan national de développement (PND).

Read 397 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…