31 Oct 2018

Saer Niang porté à la tête du réseau des experts et professionnels de la commande publique

La réunion du réseau des experts et professionnels de la commande publique qui a débuté lundi à Lomé aux fins de constituer le réseau africain en commande publique, s’est poursuivie et a pris fin ce mardi.

Ayant pour objectif primordial de finaliser l’examen des textes devant permettre de constituer un réseau unique pour l’Afrique en commande publique, elle a permis d’adopter des textes fondamentaux de ce réseau et mettre en place les organes du réseau.

« Le travail que nous avons tous abattus en ces deux (2) jours et qui nous ont permis de mettre en place ce réseau africain en commande publique, va permettre d’impulser les réformes dans nos pays en matière de commande publique entendue, marchés publics, délégations de service public et contrat de partenariat public et privé », a déclaré Théophile René Kapou, Directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) du Togo.

A l’issue des travaux, un comité exécutif a été mis en place et comporte des représentants des différentes zones d’Afrique. Le président du réseau est Saer Niang, Directeur général de l’ARMP du Sénégal. Le Togo va assurer le secrétariat technique du réseau et abrite de manière provisoire le siège du réseau.

Les premiers mots du président du réseau ont été de féliciter les efforts que les Etats africains ont faits en matière de marchés publics. Selon lui, des réformes substantielles ont été engagées dans le domaine des marchés publics depuis près de 10 ans avec des objectifs clairs, notamment assainir le domaine de la commande publique, favoriser la rationalisation de l’utilisation des ressources publiques, renforcer l’intégrité, la transparence dans les marchés publics, assurer un développement harmonieux de la commande publique et soutenir les secteurs privés nationaux, conforter leur place dans les budgets de commande publique.

Plusieurs autres grands défis restent à relever, a-t-il relativisé, pour parvenir à des procédures bien huilées, performantes et qui mettent l’accent sur la célérité des procédures d’attributions, d’exécution des marchés et de contrôle des marchés publics.

« Le monde est en train d’entrer dans la digitalisation au niveau des marchés publics et la dématérialisation des procédures de passation et d’attribution et d’exécution des marchés est devenue un élément fondamental substantiel », a-t-il lancé.

Selon le tout premier et nouveau président du réseau des experts et professionnels en commande publique, il y a d’autres défis liés aux partenariats public-privé. « On s’est rendus compte que les Etats n’ont pas forcément les moyens de financer les projets et il faut de plus en plus composer avec les ressources du secteur privé et dans ce cadre-là, nous avons dit qu’il faut renforcer une réflexion approfondie sur l’organisation méthodique des partenariats public-privé d’autant plus que le secteur privé frappe à nos portes, arrive avec des ressources, propose également des projets mais ne sont pas rentables », a-t-il précisé.  

Pour lui, quand on parle des marchés publics aujourd’hui, ce n’est plus une question d’amateur mais de professionnel.

« 20% des PIB passent généralement dans la commande publique. Donc il faut nécessairement lui accorder une importante nécessaire, d’où la nécessité de ne pas aller en singletons. Un réseau de cette nature nous permet de partager nos expériences, nos difficultés, nos défis et d’envisager des solutions ensemble. Il nous permet d’être plus performants dans l’accompagnement de nos Etats dans le domaine de la commande publique », a-t-il conclu.

Bernadette AYIBE

Read 135 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…