11 Jul 2019

Les organisations mutualistes de plusieurs pays à l’école de la digitalisation à Lomé

Les défis de la digitalisation s’imposent aux organisations mutualistes et aux réseaux nationaux multi-acteurs de protection sociale. Ces structures veulent définitivement tourner la page de l’organisation et de la gestion manuscrites et s’inscrire dans la transformation digitale. A Lomé depuis ce jeudi et ce pour 3 jours, les acteurs de ces organisations du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée, du Mali, du Sénégal et du Togo, frottent et liment contre les atouts de l’utilisation des nouvelles technologies.

C’est à l’initiative de l’ONG de développement ‘Solidarité mondiale’. Accompagnés par des personnes ressources venues de Côte d’Ivoire, les responsables de l’ONG organisatrice de cette rencontre sous régionale vont démontrer à leurs partenaires mutualistes et aux réseaux multi acteurs de protection sociale,

« L’objectif de cet atelier, c’est de permettre à nos organisations membres de comprendre d’abord ce que c’est que la digitalisation. Le monde dans lequel nous sommes aujourd’hui, est un monde qui bouge. Les technologies de l’information et de la communication sont vraiment indispensables pour améliorer la gestion et les services qu’on rend, améliorer également tout le mécanisme pour être performant », a déclaré Bruno Gilles Houngan.

Selon celui-ci, Coordonnateur sud chargé du suivi des partenaires de Solidarité mondiale pour la région de l’Afrique de l’ouest, cette rencontre régionale a lieu dans un contexte où les mutuelles de santé doivent aller vers l’universalisation de l’assurance maladie avec des exigences de l’Union monétaire ouest africaine (UEMOA).

« Il faudrait se professionnaliser et donc on a besoin d’un certain nombre d’outils parmi lesquels la digitalisation », a-t-il ajouté.

Au sortir de cette rencontre sous régionale, les participants seront au même diapason d’information sur ce que c’est que la digitalisation et pourquoi il faut aller vers là.

Des réflexions seront également menées durant les 3 jours sur comment une fois de retour, chaque organisation pourrait concrétiser l’utilisation des nouvelles technologies dans tous les pans de ses activités, afin, dira M. Houngan,  « d’avoir, au-delà de ce qu’on faisait de façon manuelle, des outils pour un système informatisé qui permet d’améliorer la performance des organisations ».

Pour rappel, la grande majorité des organisations mutualistes et spécifiquement les mutuelles de santé communautaire en Afrique subsaharienne, sont faiblement touchées par les transformations technologiques. Leur organisation ainsi que leur fonctionnement et surtout leur gestion sont clairement dépassés, dit-on.

Mais il faut reconnaître que certaines de ces organisations ont déjà compris la nécessité d’opter pour la digitalisation, en se dotant de sites internet, de blogs, de pages Facebook et autres supports qui leurs servent de vitrine et d’outils de communication.

Read 245 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…