Crépin Sondou : « Le Bitcoin s’ouvre au Togo avec toutes ses caractéristiques »  Crépin Sondou, vendeur international de Bitcoin à 20 ans
20 Apr 2018

Crépin Sondou : « Le Bitcoin s’ouvre au Togo avec toutes ses caractéristiques » 

Dans cette interview de grande classe réalisée par Global Actu, le jeune millionnaire togolais en Bitcoins, Crépin SONDOU, explique les secrets de cette puissante monnaie qui fait des fortunés à travers le monde. A 20 ans, étudiant à la faculté de droit à l’université de Kara, Crépin Sondou est le premier distributeur agréé de Bitcoin en Afrique francophone et Mineur chez Genisis Mining.

Vendeur international de Bitcoin, il détient de merveilleux scores chez LocalBitcoins, une plateforme internationale de commercialisation de cette crypto monnaie créée en 2009 par Satoshi Nakamoto.

Global actu : C’est quoi le Bitcoin en des mots simples ?

Crépin Sondou : Le Bitcoin c’est de l’argent électronique, c’est-à-dire qu’on ne peut pas voir. Vous ne verrez par le Bitcoin en pièce, donc c’est de l’argent virtuel qui s’utilise uniquement sur internet pour faire les transactions.

Le Bitcoin a vu le jour, il y a 9 ans. Comment se fait qu’il a plus de la valeur et vaut par moment des milliers d’euros ?

La puissance du Bitcoin lui vient de ses caractéristiques qui sont un peu spéciales. Le Bitcoin, c’est une monnaie anonyme, c’est-à-dire quand je vous envoie de l’argent en Bitcoin, vous recevez tout simplement de l’argent sans avoir l’identité de celui qui vous l’a envoyé. Il y a aussi la décentralisation de cette monnaie. Elle n’est régulée par aucune institution centrale. Il n’y a pas un patron du Bitcoin. On connaît le créateur du Bitcoin qui est Satoshi Nakamoto. C’est d’ailleurs son pseudonyme, on ne connaît pas sa réelle identité. Il y a aussi les frais de transaction qui sont très moindres. Si par exemple, vous faites un transfert en Bitcoin de 1.000 euros, vous payez moins de 1 euro, ce qui est très différent des transferts bancaires classiques.

De mon point de vue, le Bitcoin prend de la valeur parce que les gens aiment ce qui est anonyme et qui n’est régulé par personne.

Bien que décentralisé, pourquoi le Bitcoin connaît aussi des fluctuations comme les monnaies ordinaires ?

La fluctuation du Bitcoin s’explique par le fait qu’il n’y a personne qui gère cette monnaie et donc son cours varie en fonction de l’offre et de la demande. C’est-à-dire qu’il y a un nombre de Bitcoins qui est sur le marché, quand il y a beaucoup de personnes qui souhaitent en acheter, sa valeur augmente, mais quand il y a moins de personnes qui veulent l’acheter, c’est clair que la valeur va diminuer. Mais le Bitcoin est là et est stable. Jusque sa valeur varie en fonction des besoins de la communauté des utilisateurs du Bitcoin.

Le Bitcoin est moins connu en Afrique surtout dans la zone francophone. Comment vous avez connu cette monnaie ?

J’ai connu cette monnaie en 2015. Il s’est fait que je devais acheter un logiciel sur internet  et j’ai constaté que le payement accepté était le Bitcoin. A l’époque, je ne savais pas ce qu’est le Bitcoin. J’ai tout de suite abandonné, d’ailleurs non seulement je ne maîtrisais pas le domaine, mais aussi un Bitcoin était aux environs de 650 euros. Ce n’est qu’en 2016 quand je lisais un article en ligne sur la crypto monnaie que j’ai vu le Bitcoin qui a pris de la valeur qui a atteint entre 2.200 et 2500 euros. Et voilà ça m’a forcément intéressé et j’ai décidé de chercher les moyens de m’y investir.   

Quelles sont les opportunités qu’offre cette crypto monnaie au Togo ?

Le Bitcoin s’ouvre au Togo avec toutes ses caractéristiques : elle est anonyme, décentralisée avec un frais de transfert moins cher. Si par exemple j’ai un frère en Europe qui souhaite me faire un transfert d’argent, il peut me le faire en Bitcoin. Il y a des cartes en ligne qui permettent de convertir le Bitcoin en une monnaie locale et de faire des retraits en cash. Donc, on peut me faire un virement en Bitcoin qui arrive en l’espace de deux (02) secondes et à moindre frais.

Les Togolais arrivent-ils à saisir cette opportunité ?

Ces derniers temps, il y a des Togolais qui me contactent et ils s’intéressent de mieux en mieux au Bitcoin. Mais il faut dire que c’est surtout les Béninois et les Ivoiriens dans l’Afrique francophone qui s’intéressent plus au Bitcoin. Ceux sont des gens qui bougent sur internet qui cherchent à faire du business en ligne. Au Togo contrairement, on est peu connecté, il y a aussi le coût élevé de l’internet, et plusieurs jeunes togolais n’ont pas cette passion de travailler et de faire du business en ligne.

Au-delà de ses avantages, quels sont les manquements du Bitcoin ?

Sondou : Le Bitcoin a bien sûr des risques. Surtout la volatilité au niveau de la fluctuation de son coût. Je peux acheter 1 Bitcoin le matin à 5000 euros, le soir je me rends comme qu’elle a perdu de la valeur et elle est revenue à 3000 euros.

Le plus grand risque que tout le monde craint et que moi-même je crains est que jusqu’alors, personne ne connais le patron du Bitcoin. Il y a forcément quelque  chose de méconnu derrière. Satoshi Nakamoto a créé le Bitcoin et on sait aussi qu’il détient un très grand nombre de Bitcoins, alors pourquoi il ne veut pas se montrer ? Donc ça c’est un peu le côté obscur qui fait peur à tout le monde.

Il y a aussi le fait que le Bitcoin protège la vie privée des gens, mais que des utilisateurs malintentionnés abusent de l’anonymat de cette monnaie pour effectuer des achats peu recommandables.

Sauf que ces derniers temps, pour lutter contre le blanchiment d’argent, la plateforme LocalBitcoins qui a demandé de vérifier l’identité de tous les acheteurs. Nous, au niveau des vendeurs, on vérifie l’identité des acheteurs. Si vous voulez acheter du Bitcoin chez moi par exemple et que le montant est un peu élevé à partir de 100 à 200 mille francs CFA, je vérifie votre identité et ensuite pour votre utilisation, je ne peux plus vérifier votre identité. C’est à vous maintenant de faire bon usage.

Le Bitcoin baigne dans un vide juridique au Togo, tout comme dans d’autres pays. Quel message vous avez à l’endroit des autorités ?

Il faut trouver des lois pour réguler cette monnaie. Il ne faut pas faire comme certains pays qui menacent d’interdire le Bitcoin. On ne peut pas bloquer le Bitcoin. On peut l’interdire mais si les gens veulent, ils vont s’en procurer. Il faut tout simplement trouver des lois pour réguler le Bitcoin et peut-être dire que dans notre pays tout ceux qui vendent du Bitcoin doivent forcement vérifier l’identité des acheteurs. Cela pose des problèmes de fiscalité puisque quelqu’un qui a 5 ou 20 millions en Bitcoin, personne n’est au courant de sa fortune. Si on arrive à réguler le Bitcoin, on peut dire simplement si vous avez du Bitcoin, il n’y a pas de souci, venez déclarer que vous avez une telle somme et voir ce que vous devez à la fiscalité. Quand on établit une loi, je pense que ce serait bien.

Jérémie Gadah

Read 666 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…