ADS
20 Nov 2020

Faux médicaments : l’OPALS réalise à Yoto une étude dont les résultats interpellent

L’Organisation panafricaine de lutte pour la santé (OPALS) a rendu publics jeudi à Tabligbo les résultats d’une étude qu’elle a commanditée sur les faux médicaments, précisément les antipaludéens. Réalisée entre 2017 et 2019 à partir de plus de 400 échantillons de médicaments recueillis dans les ménages de cette préfecture du Togo (80 km au nord-est de Lomé), cette étude révèle la circulation de très nombreux médicaments de qualité inférieure ou falsifiés dans le district de Yoto.

Selon cette étude réalisée par le Centre humanitaire des métiers de la pharmacie (CHMP), en collaboration avec l’Ordre national des pharmaciens du Togo (ONPT), aucun des 400 échantillons ne contient les principes actifs au dosage attendu.

« Les principaux points à noter sont les suivants : pratiquement aucun échantillon ne contient les principes actifs au dosage attendu. Dans la majorité des cas, le principe actif attendu est fortement sous-dosé ou absent. Quelques surdosages ont également été identifiés. Dans plusieurs cas, le principe actif contenu dans le comprimé est différent de celui attendu », a déclaré Abdou Gbadamassi, coordinateur médical et scientifique de l’OPALS au Togo.

Concrètement, on note que 100% du sulfadoxine-pyriméthamine et de la quinine sont sous-dosés tandis que 99% dex échantillons de l’artéméther-luméfantrine sont sous-dosés. 60% de paracétamol et de diclofénac ne contiennent aucun principe actif et 100% de nimésulide ne contiennent pas de principe actif.

Les médicaments testés sont aussi bien de la rue que des centres de santé de ce district sanitaire.

Pour l’OPALS, il s’agit d’une grave menace sanitaire. « Les acteurs de santé et toutes les parties concernées doivent unir leurs efforts pour renforcer la sécurité des circuits de distribution, informer les populations des dangers des faux médicaments et punir les criminels responsables », a soutenu Koffi Mawuéna Samboe, représentant légal de l’OPALS au Togo.

« Cette étude de l’OPALS nous apporte si besoin était, l’évidence que les faux médicaments existent, circulent dans nos communautés, et sont accessibles à nos concitoyens qui les achètent et les consomment sans se douter un seul instant des dégâts que ces tueurs silencieux vont causer sur leur santé individuellement et sur la santé de toute la communauté », a lancé pour sa part, Dr Innocent Kpeto, président de l’ONPT.

Plus rentable que le trafic de drogues, le commerce des médicaments falsifiés touche plus durement l’Afrique.

Read 386 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…