ADS
Togo : l’INAM ne restera pas les bras croisés devant la pénurie de sang Myriam Dossou-d'Almeida donnant du sang
14 Aug 2019

Togo : l’INAM ne restera pas les bras croisés devant la pénurie de sang

Les Togolais font désormais bloc contre la pénurie de sang dans les centres de santé. A la suite de l’initiative lancée par la section togolaise de l’Union internationale de la presse francophone (UPF-Togo) le 3 août dernier, des actions concrètes sont posées ça et là, allant dans le sens d’en finir avec cette pénurie de sang qui cause de nombreux désagréments.  La dernière en date vient de l’Institut national d’assurance maladie (INAM).

Myriam Dossou-d’Almeida, la Directrice générale de l’INAM et ses collaborateurs ont donné du sang mardi au siège de l’INAM pour sauver des vies au sein de la population et surtout éviter le pire aux assurés de l’INAM qui auront besoin de sang. Aux nouvelles, on apprend que c’est un véritable projet qui vient de démarrer ainsi.

« Il y a pénurie de sang dans les hôpitaux et nous ne pouvons pas rester les bras croisés. L’INAM, par cette opération de don de sang, entend apporter sa contribution pour sauver des vies humaines. Il s’agit d’un acte de solidarité envers la population et surtout envers nos assurés », a déclaré Mme Dossou-d’Almeida.

Cette opération de collecte de sang, a-t-elle souligné, n’est que la partie visible de l’iceberg. Dans les prochaines semaines, les autorités administratives, religieuses et les leaders d’opinions seront mobilisés pour cette cause. Au demeurant, l’INAM veut aider le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) dans la collecte de 50% du gap constaté sur le plan national.

Et c’est à cœur joie que le personnel accompagne cette initiative de la direction générale de cet institut étatique. « La solidarité est une valeur fondamentale de l’INAM. Il faut donc la traduire dans les faits à travers cette opération de don de sang », dira un employé, fier d’avoir accomplir son devoir.

Au plan national, le CNTS a besoin de 70.000 poches de sang pour assouvir la demande. Mais environ 30.000 poches ne sont pas au rendez-vous. Pour s’ne procurer, les parents des malades doivent faire le déplacement à l’extérieur du Togo. Le temps mis pour en trouver a parfois raison de plusieurs malades qui pourraient être sauvés si le sang avait été disponible dans le temps.

Le 20 août prochain, le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo entre dans la danse de cette lutte contre la pénurie de sang en lançant un projet.

Read 1170 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…