29 Apr 2017

Emmanuel Macron « en marche » vers l’Elysée ?

Sur les bases des estimations des résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, on connaît les deux candidats qui seront au second tour le 7 mai prochain. Il s’agit du candidat du mouvement « en marche », Emmanuel Macron en tête avec 23,7%, suivi par la candidate du Front national (FN) et de l’extrême-droite, Marine Le Pen qui rassemble 21,7% des estimations.


La grande leçon de ce premier tour est que les candidats de « Les Républicains » (droite) et du Parti socialiste (gauche), respectivement François Fillon et Benoît Hamon avec 19,7% et 6,2% selon les estimations, ne verront pas la couleur du second tour. Les deux partis ont dirigé la France à tour de rôle pendant ses 30 dernières années.

Les deux hommes ont déjà reconnus leur défaite et ont appelé les Français à voter pour Emmanuel Macron. Pour M. Hamon, entre un « adversaire politique » et une « ennemie de la République », le choix est clair tandis que pour M. Fillon, « non de gaieté de cœur » mais parce qu’il n’y a pas d’ « autre choix », il faut voter pour Emmanuel Macron pour que la France n’aille pas au « chaos » avec Marine Le Pen. 

« Le peuple français a décidé de me porter en tête de ce premier tour. Je mesure l’honneur et l’insigne responsabilité. Aux millions de Françaises et de Français qui ont voté pour moi, je veux dire merci. Dès ce soir, je me dois d’aller au-delà et de rassembler tous les Français. Le combat commence ce soir et nous le gagnerons ! ». Tels sont les premiers mots de l’homme hors-système qui, il y a encore un an, était au gouvernement de François Hollande comme ministre de l’Economie. 

En tout cas, Marine le Pen n’a pas dit son dernier mot. Dans un discours de 4 minutes 15 secondes prononcé dans son QG à Hénin-Beaumont au nord de la France, elle a estimé que c’est un « résultat historique » et une « fierté française ». 

Pour elle, les Français doivent saisir cette opportunité « historique » qui s’ouvre pour la porter au pouvoir. Selon elle, le grand enjeu de cette élection est la mondialisation sauvage qui met en danger la civilisation française. 

Les Français ont un choix très simple a déclaré celle qui se considère comme « la candidate du peuple » : soit continuer sur la voie d’une dérégulation totale sans frontière et sans protection avec comme conséquence, une délocalisation, la concurrence internationale déloyale, l’immigration de masse, la libre circulation des terroristes, soit choisir la France, avec des frontières qui protègent l’identité nationale.

C’est la deuxième fois que le FN arrive au second tour de l’élection présidentielle française. En avril 2002, le fondateur de FN, Jean-Marie Le Pen et père de Marie Le Pen créait la surprise. 

Pour l’heure, seul un candidat, Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la « France insoumise » ne se reconnaît pas dans les estimations. Crédité de 19,2%, le candidat de l’extrême gauche, selon les estimations, arrive 4ème derrière François Fillon. Il espère être au second tour. « Quoiqu’il en soit, lorsque les résultats officiels seront annoncés, nous nous y plierons », a promis M. Melenchon.

Même Nicolas Dupont-Aignan, le candidat du parti « Debout la République », du haut de ses 5%, se reconnaît dans les estimations et compte dans les prochains jours, appelé clairement les 2 millions de Français qui ont voté pour lui, à accorder leur vote soit à Macron, soit à Le Pen.

Bernard Caseneuve, le Premier ministre français, intervenant de Matignon, a appelé ses compatriotes à faire front à la candidate du Front national, pour dit-il, « faire échec à son projet funeste de régression de la France ».

Read 563 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…