29 Jan 2019

Togo : les artistes pas du contents du traitement que leur réserve le BUTODRA

 Depuis quelques jours, il circule sur les réseaux sociaux que le torchon brûle entre Franck Missité, le directeur par intérim du Bureau togolais des droits d’auteur (BUTODRA) et les artistes togolais, sur les recettes de l’année écoulée. Par communiqué, ces artistes regroupés au sein du comité de réflexion sur ce bureau, condamnent avec des mots qui en disent long sur leur mécontentement ce traitement et des propos qu’aurait tenu le directeur des lieux.

Selon le document, la part des recettes à reverser à 700 artistes togolais est de 15 millions de francs CFA sur une recette de 131 millions, soit 11,50% des recettes perçues. « C’est inadmissible », crient les artistes indignés. Selon certaines sources, des artistes se retrouvent avec une enveloppe individuelle de 15.000 francs CFA annuels.   

« Nous saisissons cette occasion pour inviter les administrateurs du BUTODRA à procéder le plus rapidement possible aux réformes que requiert une telle institution, conformément au siècle que nous vivons en veillant à une plus large représentation des artistes au sein du conseil d’administration et en revoyant à la hausse la part des recettes reversées aux artistes », demandent-ils.

Quant aux propos fâcheux qu’aurait tenus sur eux le directeur de cabinet du ministère en charge de la communication et également directeur du BUTODRA, lors de la présentation de vœux à ce dernier, ces artistes  ne vont pas de main morte pour répondre du tac au tac.

« Nos œuvres une fois lâchées dans la nature connaissent des fortunes diverses laissées à l’appréciation du public qui fort heureusement demeure libre de l’interprétation et de la valeur à leur donner. Que certaines œuvres ne rencontrent pas les goûts et les valeurs personnels de M. Franck Missité, ne l’autorise pas à se lancer dans des jugements de personnes, attitude qui trahit si besoin était la vacuité d’une classe dirigeante inapte au management moderne de la culture », indique le communiqué.

Les artistes togolais recommandent aux administrateurs du BUTODRA de prendre rapidement les devant des réformes.

« Un éveil citoyen est en marche dans le milieu des artistes et rien, ni dénigrements ni intimidations, ne sauront constituer une entrave à cette marche dont le point de chute n’est autre que le BUTODRA et son ministère de tutelle », préviennent-ils.

Read 484 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…